/news/politics

WE Charity a toujours des comptes à rendre

L’organisme quitte le Canada sans avoir complètement honoré une entente de 3 M$ avec Ottawa

Anne Caroline Desplanques | Journal de Montréal

Les frères Craig et Marc Kielburger, qui dirigent WE Charity, en 2019.

Photo d'archives, AFP

Les frères Craig et Marc Kielburger, qui dirigent WE Charity, en 2019.

L’organisation WE Charity quitte le Canada alors qu’elle doit encore de l’argent aux contribuables. En effet, elle n’a pas terminé d’honorer une entente de 3 M$ signée avec le Fédéral il y a un an.

• À lire aussi: Trudeau convie son conseil des ministres à une retraite en vue de la rentrée parlementaire

• À lire aussi: Bill Morneau a violé la Loi électorale

En août 2019, l’ex-ministre des Finances Bill Morneau annonçait en grande pompe le versement d’une subvention de 3 M$ à l’organisme de Toronto. La somme devait financer un programme de deux ans visant à appuyer des entreprises sociales dirigées par des jeunes.

Un an plus tard, WE n’a fourni aucun rapport au gouvernement attestant des résultats du programme qui doit normalement encore durer un an. On ne sait pas non plus quelle proportion des 3 millions a été dépensée, ni à quoi la somme a servi exactement.

Mercredi, WE Charity a annoncé la fermeture de ses bureaux au Canada, le licenciement de ses 115 employés au pays et la fin de l’ensemble des activités qu’il menait ici.

L’organisme a déclaré qu’il vendrait ses actifs immobiliers à Toronto afin de financer ses projets en cours à l’international. Pas un mot, toutefois, sur les programmes menés au Canada grâce à des fonds publics.

«Le Ministère travaillera avec l’association caritative WE concernant l’impact de l’annonce récente sur le projet. Nous ne sommes pas en mesure de fournir plus de détails pour le moment», a dit la porte-parole du ministère de l’Emploi et du Développement social, Maya Dura.

Questions sans réponse

Le Journal interroge WE et le gouvernement, depuis le mois de juillet, au sujet de cette fameuse subvention de 3 M$. Mais nos questions restent à ce jour sans suite.

Le programme devait donner naissance à 200 entreprises dirigées par des jeunes et soutenir la croissance de 30 autres microentreprises déjà existantes. Le Journal a requis la liste des entreprises créées, sans succès.

WE Charity met, par ailleurs, la clef sous la porte sans avoir fourni au Comité permanent des finances les documents que ses dirigeants ont promis aux parlementaires lors de leurs comparutions cet été.

Les élus tentaient de faire la lumière sur l’entente d’un demi-milliard de dollars qui liait l’organisme au gouvernement pour la gestion de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant (BCBE) qui n’a finalement pas vu le jour.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Maison de star au Kenya

WE se replie notamment sur ses installations au Kenya où sont reçus de riches touristes et d’influents donateurs. La mère du premier ministre, Margaret Trudeau, y a elle-même été invitée en juillet 2019, en compagnie de l’ex-première ministre Kim Campbell.

Une des villas kenyanes de l’organisation a déjà fait l’objet d’un épisode complet de l’émission Ma maison de star (Cribs) sur la chaîne américaine MTV.