/regional/estduquebec/basstlaurent

Éclosion au Kamouraska: la situation épidémiologique évolue rapidement

Catherine Boucher | TVA Nouvelles

L'éclosion de cas de COVID-19 au Kamouraska causée par des fêtes étudiantes privées continue de préoccuper la santé publique du Bas-Saint-Laurent, le nombre de cas augmentant rapidement.

• À lire aussi: Partys étudiants: une trentaine de cas au Kamouraska

Selon le bilan officiel diffusé vendredi midi, le Bas-Saint-Laurent connait une hausse d'une trentaine de cas en deux jours, pour un total de 109 infections depuis le début de la pandémie.

Les autorités font appel à la vigilance pour l'ensemble de la population bas-laurentienne puisque la situation épidémiologique évolue très rapidement. Le Cégep de Rivière-du-Loup a annoncé vendredi la suspension de ses cours pour une semaine, après quoi ils reprendront entièrement en ligne jusqu'à nouvel ordre.

Le Bas-Saint-Laurent pourrait changer de palier et passer au jaune, stade de préalerte. Si tel est le cas, le maire de Rimouski souhaite que l'approche ne soit pas du mur-à-mur.

«Quelqu'un qui est à La Pocatière, par exemple, c'est tout près de 300 km de Matane qui est dans la même région alors que La Pocatière et le Kamouraska, qui sont dans deux régions administratives différentes, sont à peine à 60 km. Ce que je souhaite ardemment, c'est qu'on commence à appliquer ce principe de sous-régions. Donc, il y a une éclosion, on fait extrêmement attention et ça vient en plus crédibiliser auprès de la population ce système de couleur là», a expliqué le maire de Rimouski, Marc Parent, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Le directeur de la santé publique demande aux personnes qui croient avoir été exposées au virus de se faire tester rapidement et de se placer en isolement dans l'attente de leur résultat. La situation évolue d'heure en heure et le bilan pourrait s'alourdir rapidement.