/news/coronavirus

Le nombre de cas de COVID-19 a doublé en 24h dans le Kamouraska

Dominique Lelièvre et Jérémy Bernier | Journal de Québec

L’éclosion dans la communauté collégiale du Bas-Saint-Laurent a continué de prendre de l’ampleur, vendredi, alors que l’on recense maintenant 40 personnes infectées en lien avec une série de fêtes étudiantes tenues entre le 30 août et le 6 septembre.

• À lire aussi: Éclosion de COVID-19 à la suite de fêtes privées: des cours suspendus dans deux établissements

• À lire aussi: Éclosion au Kamouraska: la situation épidémiologique évolue rapidement

Le bilan de cette éclosion a pratiquement doublé en vingt-quatre heures, pendant que les autorités sanitaires continuent de recevoir des résultats de tests de dépistage.

Ces 40 cas représentent plus du tiers de tous les cas de coronavirus diagnostiqués depuis le début de la pandémie dans le Bas-Saint-Laurent, l’une des régions les moins touchées lors de la première région et pendant la période estivale. Le CISSS du Bas-Saint-Laurent anticipe encore une hausse importante des cas aujourd’hui.

Rappelons que le 30 août, une fête aurait réuni plus de 100 personnes dans une résidence privée de La Pocatière, devenant le principal moteur de cette éclosion.

Le dernier bilan de la santé publique sur ce territoire, dévoilé à 11h hier, faisait état de 109 cas confirmés depuis le début de la pandémie. Il n’y a eu que deux décès depuis le début de la crise.

Appel à la vigilance

Dans un second communiqué diffusé un peu plus tard hier, le CISSS du Bas-Saint-Laurent demandait aux citoyens de rehausser leur degré de vigilance pour freiner la propagation du virus sur le territoire.

«Avec le retour en classe et au travail ainsi qu’avec la tenue de certaines activités issues d’initiatives individuelles regroupant un nombre beaucoup trop élevé de personnes [...] toutes les conditions sont malheureusement réunies pour permettre au virus de circuler encore davantage», a mentionné le Dr Sylvain Leduc, directeur régional de santé publique.

«Après des mois d’accalmie, le Bas-Saint-Laurent vit actuellement les effets d’une éclosion majeure qui a des répercussions dans plusieurs de nos MRC», a-t-il ajouté, précisant que le défi était surmontable si «tout le monde adopte un comportement responsable».

Dr Leduc demande également aux personnes qui croient avoir été exposées au virus ou qui ont des symptômes de se soumettre rapidement à un test de dépistage et de se placer en isolement.