/news/coronavirus

Reprise du sport et l’art-étude partout au Québec

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Les activités parascolaires et le sport étudiant pourront reprendre dès la semaine prochaine partout au Québec, même dans les régions classées jaunes.

La reprise du sport scolaire, des programmes de sports-études et d’arts-études, de même que des différentes activités parascolaires se fera en fonction du nouveau système d’alerte régionale en créant «deux groupes stables», précise le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Le gouvernement Legault permettra aux élèves de différentes classes-bulles de se côtoyer à la sortie des cours au sein d’équipes sportives et d’activités parascolaires dans les zones vertes et jaunes.

C’est donc dire que même les jeunes artistes et sportifs des régions davantage touchées par la COVID-19 dans les derniers jours, comme Québec, l’Estrie, l’Outaouais et Laval, pourront à nouveau s’adonner à leur passion.

Restrictions en zones orange  

Mais attention. Lorsqu’une région sera placée en alerte modérée, c’est-à-dire au niveau orange, il y aura des restrictions à la tenue de ces activités, selon nos sources.

Les classes-bulles devront à nouveau être étanches, même en dehors des heures de cours, ce qui risque fort de compliquer les choses pour les équipes qui comptent dans leurs rangs des élèves de plusieurs classes.

Et si un coin du Québec tourne au niveau rouge (alerte maximale), les activités parascolaires et les sports scolaires seront mis sur pause, entend-on.

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui s’était attiré les foudres des jeunes athlètes à la veille de la rentrée scolaire, doit l’annoncer vendredi.

Des centaines d’élèves avaient manifesté devant l’Assemblée nationale après que M. Roberge eut imposé un respect strict des classes-bulles jusqu’en octobre, même pour le parascolaire, provoquant l’annulation de nombreuses activités artistiques et sportives. 

Devant le tollé, François Legault avait rectifié le tir et annoncé une reprise dès le 14 septembre, « si tout va bien ».

Rentrée tranquille  

En coulisses, on signale que la rentrée scolaire n’a pas engendré de grosses éclosions. 

Dans la majorité des cas, les élèves ou le personnel des écoles qui ont été déclarés positifs au coronavirus ont été infectés à l’extérieur des établissements. 

Il y avait 120 établissements dans la liste des écoles touchées par la COVID-19, avant qu’elle ne soit retirée par le gouvernement jeudi en raison d'inexactitudes.