/news/law

Ils allument six incendies et aident les pompiers

Claudia Berthiaume | Journal de Montréal

James Hobbs Happyjack (sur la photo) et son complice Jonathan Grondin Bastille ont allumé six incendies en une nuit, dont la grange de Charles Choquette.

Photo d'archives tirée de Facebook

James Hobbs Happyjack (sur la photo) et son complice Jonathan Grondin Bastille ont allumé six incendies en une nuit, dont la grange de Charles Choquette.

Deux jeunes insouciants qui ont poussé l’audace jusqu’à offrir de l’aide aux pompiers pour éteindre les six feux qu’ils ont allumés en une nuit viennent de reconnaître leur culpabilité devant la cour.

La soirée bien arrosée de Jonathan Grondin Bastille et James Hobbs Happyjack risque de leur valoir une peine de prison.

• À lire aussi: Des voyous accusés de six feux

• À lire aussi: Des voyous intoxiqués allument 6 feux en 3 heures

Dans la nuit du 29 au 30 décembre 2019, les deux amis âgés de 25 et 22 ans ont fait une virée incendiaire près de la frontière canado-américaine, en Montérégie.

Granges, entrepôt, cabane à sucre : ils ont allumé six brasiers en trois heures à Frelighsburg, Saint-Armand et Dunham.

Les accusés ont allumé six incendies en une nuit, dont la grange de Charles Choquette, que l’on voit sur la photo avec son chien, Choco.

Photo d'archives

Les accusés ont allumé six incendies en une nuit, dont la grange de Charles Choquette, que l’on voit sur la photo avec son chien, Choco.

Le premier incendie semblait être un défi entre les deux complices, selon ce qui a été relaté au tribunal en juillet.

« L’accusé Grondin Bastille voulait voir la grange brûler et son complice lui a dit qu’il n’avait pas les couilles de le faire. L’accusé a mis le feu à une balle de foin avec son briquet, il y avait beaucoup de fumée et les deux ont paniqué », a relaté la Couronne, au palais de justice de Granby.

Et c’est reparti...  

Mais cela n’a pas freiné leurs ardeurs. Ils ont allumé deux autres feux avant d’être interceptés sur la route par un pompier.

Les deux voyous intoxiqués par l’alcool lui ont dit avoir tenté d’appeler le 911, mais qu’il n’y avait aucun signal dans le secteur. 

« Ils ont demandé au pompier s’il avait besoin d’aide et celui-ci a indiqué que les renforts s’en venaient, donc les accusés ont quitté », a relaté la Couronne.

Grondin Bastille et Hobbs Happyjack ont néanmoins embrasé trois autres bâtiments, dont certains à l’aide de bidons d’essence trouvés sur les lieux. 

Le duo s’est fait stopper de nouveau par un pompier à proximité du dernier – et plus important – brasier. Cette fois, les policiers ont été appelés, car les vêtements des deux incendiaires sentaient l’essence.

Les dommages se chiffrent à 622 000 $.

Peine trop clémente  

Grondin Bastille a reconnu sa culpabilité l’été dernier tandis que Hobbs Happyjack a avoué ses torts la semaine dernière. Lors de l’audience du premier, les avocats ont suggéré une peine de deux ans de prison, faisant sursauter la juge Julie Beauchesne. 

« On va arrêter tout de suite, on ne perdra pas le temps de personne. Je suis en total désaccord avec la suggestion que vous me faites, elle m’apparaît de beaucoup trop clémente et je ne connais pas assez ce monsieur-là », a tranché la magistrate. 

Elle a donc demandé à ce que le jeune homme soit évalué par un agent de probation. Le juge Serge Champoux a fait la même chose dans le dossier du complice. 

La sentence sera débattue cet automne.