/regional/outaouais

Les soins intensifs du CISSS de l’Outaouais «en bris de service temporaire»

Agence QMI

Doctors Hospital Corridor Nurse Pushing Gurney Stretcher Bed

spotmatikphoto - stock.adobe.com

Les soins intensifs au CISSS de l’Outaouais seront mis sur la glace à partir de minuit, dimanche matin. Des infirmières ne seront pas présentes à leur quart habituel.

• À lire aussi: Les urgences débordent au Saguenay–Lac-Saint-Jean

• À lire aussi: Le seul vétérinaire à 200 km à la ronde recherche désespérément du renfort

«Effectivement, des absences inattendues de la part du personnel infirmier obligent le service à prendre une pause», a précisé en fin d’après-midi samedi le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais, par communiqué.

«Des corridors de services sont mis en place vers d’autres hôpitaux afin que les patients nécessitant ce niveau de soins continuent de recevoir les soins dont ils ont besoin», a-t-on expliqué.

Aux prises avec une pénurie importante de personnel soignant, le CISSS de l’Outaouais, à l’instar d’autres CISSS ailleurs au Québec, peine à offrir des quarts de travail normaux à ses employées, selon le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais.

Les employées doivent souvent renoncer à leurs pauses, parfois même à leur heure de repas.

Le syndicat, qui regroupe différents corps de métier dans la famille des soins de santé, a organisé un «sit-in» à l’Hôpital de Gatineau pour dénoncer le manque de personnel, le 9 septembre.

«En plus de plusieurs absences quotidiennes, les infirmières de l’urgence ont dû effectuer beaucoup d’heures supplémentaires obligatoires au cours des dernières semaines», a fait savoir le syndicat dans un communiqué diffusé le 10 septembre, au lendemain de la manifestation.

Aux dires du syndicat, le manque de personnel soignant a un impact déterminant sur la qualité des services reçus par les patients de la région. Le président, Patrick Guay, a affirmé lors du «sit-in» que «certains patients attendaient depuis plus de 150 heures pour avoir un lit à l’étage».