/sports/homepage

Dominic Thiem triomphe aux Internationaux des États-Unis et décroche son premier titre du grand chelem

Agence France-Presse

L'Autrichien Dominic Thiem, troisième joueur mondial, a remporté les Internationaux des États-Unis, son premier titre du grand chelem, en retournant une finale très mal débutée contre l'Allemand Alexander Zverev 2-6, 4-6, 6-4, 6-3, 7-6 (6) dimanche à Flushing Meadows.

• À lire aussi: La Japonaise Naomi Osaka remporte l'US Open

La quatrième finale aura été la bonne pour Thiem, 27 ans, qui avait chuté à ce stade à Roland-Garros en 2018 et 2019, puis aux derniers Internationaux d’Austrlaie en février. 

Il est le premier nouveau vainqueur d'un tournoi majeur depuis Marin Cilic à l'US Open 2014.

Il est même le premier hors du Big Three à y arriver depuis Stan Wawrinka à Flushing Meadows en 2016, Novak Djokovic ayant été disqualifié pour un geste d'humeur en huitièmes de finale et le duo Rafael Nadal-Roger Federer ayant fait l'impasse, dans des conditions inédites à huis clos, dictées par le coronavirus.

Après sa victoire solide en demi-finale aux dépens de Daniil Medvedev, finaliste l'an passé, Thiem apparaissait comme le favori légitime pour cette finale. Autant par son classement, que par l'impression laissée durant cette quinzaine, sans oublier un bilan très favorable dans ses confrontations avec Zverev.

Retour historique

Il menait en effet 7-2 et restait sur trois victoires consécutives dont la dernière en demi-finale à Melbourne (3-6, 6-4, 7-6, 7-6). Ce huitième succès a un parfum historique car il est le premier à remporter une finale de l'US Open après avoir été mené deux manches à zéro

C'est au terme d'un bras de fer d'une grande intensité au cinquième set, les quatre précédents ayant été moins disputés de part et d'autre, que Thiem a fait la différence.

Brisé à 5-3, il a immédiatement repris le service de Zverev pour rester en vie, et une fois de plus au 11e jeu pour mener 6-5. Mais Zverev est parvenu à débreaker à son tour pour arracher un jeu décisif.

Il lui a fallu trois balles de match et une erreur directe de l'Allemand pour enfin être sacré au bout de 4h01 d'un combat éreintant. Après quoi son adversaire a privilégié le fair-play, dans une étreinte, à la distanciation imposée par le protocole.