/news/tele

«J’aimerais ça que les gens soient fiers de ce qu’on a fait» - Mickaël Gouin

Sandra Godin | Journal de Montréal

mickael gouin/escouade 99/crédit yan turcotte

Photo courtoisie, Yan Turcotte

Il n’a fallu qu’une bande-annonce d’une minute et demie pour que les comparaisons entre la version originale de Brooklyn 99 et son adaptation québécoise, Escouade 99, déferlent sur les réseaux sociaux. En embarquant dans le projet, l’acteur Mickaël Gouin, qui campe le rôle principal incarné à la base par Andy Samberg, savait déjà que la série allait provoquer des réactions. 

Les 13 épisodes de la première saison d’Escouade 99, première adaptation internationale autorisée du sitcom culte Brooklyn 99, atterrissent sur Club illico jeudi. 

Qui dit adaptation, dit inévitable comparaison. Certains ont déjà reproché à la série d’avoir fait un copier-coller, seulement après avoir vu la bande-annonce. À l’autre bout du fil, Mickaël Gouin, qui cumule cette année dix ans de carrière dans des rôles aussi dramatiques que comiques, défend la série avec fierté.

« C’est un Bon Cop, Bad Cop de 13 épisodes, compare-t-il. C’est dans les bons shows comiques québécois qu’on aura faits. » 

« Nous, on a fait de notre mieux, et j’aimerais ça, au lieu de chialer, qu’on soit fier de ce qu’on a fait, ajoute-t-il. Il n’y a personne qui s’est levé un matin en disant : je vais aller faire un show de merde. (...) Est-ce qu’on pourrait ne pas être fier que Québec soit la première adaptation ? C’est le Québec en entier qui rayonnera à l’étranger . »

« Tous les comédiens avaient un désir de ne pas scraper cette série-là, poursuit-il. La première journée de tournage, on le savait déjà que ça allait faire réagir. Patrick (Huard, le réalisateur) nous a fait un speech : on s’attend à ce que les fans de la série haïssent ça et chialent », dit-il. 

Un défi 

Pas facile de travailler un rôle à partir d’un personnage qui existe déjà, concède Mickaël Gouin, qui a revu la série avant de se préparer. Son immense défi consistait donc à apporter sa propre personnalité au personnage de Jake Peralta, devenu Max Lemieux, sans le dénaturer. 

« Il y a des réflexes que j’ai volés à Andy Samberg, et d’autres choses que je me suis créées moi-même, explique-t-il. Déjà, il a une énergie qui ressemble vraiment beaucoup à la mienne. Mais on a voulu ajouter des répliques québécoises, des expressions propres à nous. » 

Le comédien raconte que le réalisateur Patrick Huard leur a demandé d’apporter leur propre personnalité en improvisant sur le plateau, même si les acteurs reproduisaient des scènes déjà scénarisées. 

« Il nous a demandé de voir les opportunités de blagues et de rebondir dessus. Dis ça à un Guy Jodoin... Ç’a souvent été un gros délire ! »

Il explique qu’il a travaillé en jouant avec la dualité du personnage. S’il est, sur le terrain, un policier très efficace – Mickaël Gouin s’est d’ailleurs amusé à faire ses propres cascades – au bureau, il devient un être très niaiseux. 

« Je voulais vraiment qu’on crée cette dualité juvénile », soutient Mickaël Gouin. 

Escouade 99 a été tourné entièrement à Québec en 30 jours l’hiver dernier. Elle sera disponible sur Club illico jeudi. La distribution comprend également Bianca Gervais, Widemir Normil, Guy Jodoin, Mylène Mackay et Léane Labrèche D’Or. 

Dans la même catégorie