/news/coronavirus

Le Venezuela suspend les cours d'école en présentiel pour le reste de l'année

Agence France-Presse

Nicolas Maduro, président du Venezuela

AFP

Nicolas Maduro, président du Venezuela

Le président Nicolas Maduro a indiqué dimanche que les cours en présentiel ne reprendront pas cette année au Venezuela en raison de la pandémie de coronavirus.

• À lire aussi: La reprise du sport scolaire bien accueillie

• À lire aussi: Centres de dépistage achalandés: beaucoup d'enfants toussent

«Sans aucun doute, le retour en présentiel en classe n'est pas favorable à un contrôle de la pandémie, c'est pour cela qu'il n'y aura pas de retour en classe au Venezuela, nous verrons ensuite si nous y revenons en janvier», a dit le chef de l'État lors d'une allocution télévisée.

La mesure a été prise «en voyant la rentrée des classes dans le monde», qui a entraîné une augmentation des contaminations, a expliqué M. Maduro à propos de l'année académique 2020-2021, dont le début est prévu à partir de cette semaine au Venezuela.

«Ne vous inquiétez pas. Nous allons maintenir les services éducatifs du pays par internet, par des cours en ligne», a assuré le dirigeant depuis le palais présidentiel de Miraflores à Caracas.

Après l'arrivée du nouveau coronavirus, le gouvernement socialiste a suspendu les activités académiques en présentiel dans le cadre d'une quarantaine imposée à la mi-mars et toujours en vigueur.

En conséquence, le gouvernement a proposé de combiner des classes retransmises par la télévision d'C avec des devoirs et des leçons donnés via internet, la radio et les réseaux sociaux, afin de terminer l'année scolaire 2019-2020.

Ces clips éducatifs ont toutefois été critiqués sur les réseaux sociaux, certaines personnes jugeant que leur production était pauvre et que leur niveau éducatif était faible.

Le chef de l'État a en plus ordonné la reprise du confinement renforcé sur tout le territoire vénézuélien dans le cadre du schéma «7+7» en vigueur depuis juin, qui fait alterner sept jours de «quarantaine radicale», où tous les commerces sont obligés de fermer sauf ceux jugés prioritaires (alimentation et santé), et sept jours de «flexibilisation» qui permettent de relancer le reste des activités.

Ce pays de 30 millions d'habitants comptabilise 59 630 cas confirmés et 477 morts en raison du nouveau coronavirus, selon les chiffres officiels, remis en cause par des organisations telles que Human Rights Watch, qui les considère peu crédibles.

La crise socio-économique qui touche le Venezuela depuis bientôt sept ans rend difficile la mise en place du confinement dans un pays où quatre familles sur cinq n'ont pas un salaire suffisant pour couvrir leurs frais alimentaires.