/news/currentevents

5 constats COVID remis à Québec en fin de semaine

Stéphanie Martin | Journal de Québec

La police de Québec a distribué des constats d’infraction à quatre propriétaires de commerces et à un individu en fin de semaine pour non-respect des règles sanitaires. 

• À lire aussi: 60 nouveaux cas à Québec, 39 à Montréal

• À lire aussi: Les soins intensifs débordent à Québec

C'était la première fin de semaine d'application du nouveau décret qui donne aux policiers le pouvoir d'émettre des constats d'infraction sur place pour non respect des règles de distanciation et du port du masque. 

Les agents du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) ont été très présents sur le terrain, a indiqué la porte-parole Sandra Dion. Ils ont visité plus d'une centaine d'établissements de tous genres : commerces, centres commerciaux, bingos, restaurants, bars, etc. 

350 avertissements 

«Dans la majorité des cas, les gens se sont conformés. Mais on a donné plus de 350 avertissements.»

Ils servaient souvent à aviser les personnes qu'elles ne portaient pas le masque ou ne le faisaient pas correctement. 

Les policiers ont constaté que dans pratiquement tous les cas, les gens se sont conformés après l'avertissement. Il faut rappeler que les agents doivent franchir six étapes avant d'émettre un constat d'infraction, entre autres demander la collaboration et aviser des conséquences du non-respect. 

Malgré tout, quatre propriétaires d'établissements ne se sont pas pliés aux règles et ont reçu un constat. Également, une personne a refusé de porter son masque et a aussi reçu un constat d'infraction. Ils s’exposent à des amendes de 400$ à 6000$.

«Quand les policiers ont fait leurs visites, les gens étaient contents de les voir. Ils étaient aussi contents du changement apporté par le décret par rapport au port du masque», a exprimé Mme Dion. 

Appels en légère hausse 

Les appels de dénonciation ont connu une légère hausse en fin de semaine, comparativement au weekend précédent. En tout, 37 appels ont été logés au 911 pour dénoncer des rassemblements qui ne se déroulaient pas dans les règles, en majorité à l'extérieur. La fin de semaine précédente, c'était 13.

Ils sont cependant loin d'atteindre les niveaux du début de la pandémie, alors que les policiers recevaient une centaine d'appels par jour. 

Les personnes se sont conformées après la visite des policiers et les avertissements reçus.