/finance/homepage

De 100 $ à 250 millions $ grâce au déploiement du 5G

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Québec

L’homme d’affaires Germain Lamonde a fondé EXFO en 1985 dans un logement du quartier Montcalm, à Québec.

Photo Stevens LeBlanc

L’homme d’affaires Germain Lamonde a fondé EXFO en 1985 dans un logement du quartier Montcalm, à Québec.

Le premier investissement de Germain Lamonde dans la société EXFO était de 100 $. Aujourd’hui, l’entreprise a une valeur boursière de plus de 250 millions $. Et la direction a encore la dalle pour grossir, notamment grâce au déploiement planétaire du réseau 5G.

• À lire aussi: Le premier iPhone avec la 5G devrait être présenté le 15 septembre

• À lire aussi: Québec n’attendra plus Ottawa pour connecter les régions avec de l'internet haute vitesse

C’est le 18 septembre 1985 que la compagnie spécialisée dans les tests et les instruments de mesure pour le secteur des télécommunications a vu le jour dans un appartement du quartier Montcalm, à Québec. 

« Mon premier plan d’affaires était très ambitieux, mais nous avons livré », se remémore Germain Lamonde, qui était alors étudiant à la maîtrise en optique à l’Université Laval. 

« Je m’étais dit qu’il faudrait cinq ans avant qu’EXFO soit assez solide, et qu’après j’allais pouvoir prendre cela plus relax. La réalité, ce n’est jamais arrivé », poursuit celui qui était associé à l’époque avec Robert Tremblay. 

Depuis sa naissance, l’entreprise a réalisé 21 acquisitions, dont la plus récente la semaine dernière du côté de Taïwan. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. La direction d’InOpticals obtiendra en échange des actions d’EXFO.

Cette dernière compte environ 2000 employés dans 25 pays. Ce sont plus de 500 cerveaux qui travaillent dans la capitale, où on retrouve le siège social. 

« Je serais un peu menteur de dire que je m’attendais à mettre sur pied une compagnie d’une telle ampleur après 35 ans », confie M. Lamonde, qui compare le rôle de son organisation un peu à celui d’un système de santé pour l’industrie des télécommunications. 

Les solutions d’EXFO permettent notamment « de prendre les signes vitaux » des réseaux et des applications mobiles et d’améliorer leur performance. Des outils qui gagnent en popularité avec la hausse du télétravail.

Plus de 1,5 milliard $ en salaires

Parmi les clients de la compagnie, on retrouve de gros noms comme ZTE, Bell, Telus, Verizon, Huawei, Vidéotron, Nokia et Ericsson. 

Pour les prochaines années, M. Lamonde affirme qu’EXFO devrait continuer de grossir par acquisitions et croissance organique. 

L’homme d’affaires note que sa compagnie a versé depuis 1985 plus de 1,5 milliard $ en salaires au Québec.

« Nous avons aussi créé des ventes à l’extérieur du Canada de l’ordre de près de 5 milliards $. On peut dire que notre petit 100 $ a fait beaucoup de chemin », déclare au Journal celui qui a été nommé Entrepreneur de l’année en 2018 par la firme Ernst & Young (EY) au Canada.

À la bourse depuis 2000

EXFO, dont le chiffre d’affaires est maintenant d’environ 360 millions $, est à la Bourse depuis 2000. L’action valait environ 4,70 $, vendredi dernier. 

Quant à la 5G, M. Lamonde déplore le nombre de fausses informations actuellement en circulation sur les réseaux sociaux.

« C’est terrible ce qui se dit, comme quoi la 5G est cancérigène ou est responsable du coronavirus. Cela n’a aucune base scientifique. C’est de la désinformation. Est-ce qu’on connaît une personne qui a souffert d’une maladie en lien avec la 4G ? » demande-t-il. « Il y a eu les mêmes réactions lors de la sortie des réseaux 3G et 4G », conclut-il.