/finance/homepage

Des serres de tomates à Chapais

Agence QMI

Sébastien St-Jean /Agence QMI

Le Nord-du-Québec ne manquera pas de tomates cet hiver, car environ 1800 tonnes seront produites annuellement dans des serres construites à Chapais.

Il s’agit du résultat d’une entente entre le producteur de tomates Sagami/Savoura et Nexolia, qui exploite une usine de cogénération avec de la biomasse qui servira à chauffer ces installations nordiques.

«Trois hectares en culture conventionnelle ont été construits à Chapais cet été, les serres entreront donc en production au cours des prochains jours et les premières tomates nordiques sont prévues sur le marché pour décembre prochain», ont fait savoir les deux entreprises dans un communiqué conjoint publié lundi.

Les partenaires ont souligné les avantages de cette initiative pour l’économie locale.

«Ce modèle d'affaires que nous sommes en train de développer au Nord-du-Québec avec la collaboration de la municipalité constitue une véritable révolution en matière de valorisation énergétique et de mise en valeur de plusieurs ressources dont nous disposons», a précisé la présidente de Nexolia, Vicky Lavoie.

Ces installations serricoles seront exploitées par Les Serres Bleues inc.Mme Lavoie avait fait l'acquisition de la centrale de biomasse de Northland Power à Chapais pour à peine 3,3 millions $ au printemps 2018, soit le prix de la ferraille, avait révélé le Bureau d'enquête du «Journal de Montréal» l'an dernier.

Cette centrale, qui permettra d'alimenter les serres de tomates, devait rapporter 800 millions $ sur 25 ans à Nexolia grâce à un contrat d'alimentation en électricité garanti à 12 cents du kW/h, obtenu grâce à un décret du gouvernement de Jean Charest adopté en 2011.

Nexolia avait obtenu du gouvernement Couillard un contrat pour générer 45 MW d'énergie en rachetant les installations de Fortress Paper à Lebel-sur-Quévillon en 2016, grâce à d'importantes aides financières de l'État.

Elle avait cependant vendu le tout pour le double du prix deux ans plus tard, pour racheter les installations à Chapais, tout en conservant 28 MW sur son contrat d'alimentation de 45 MW.