/finance/homepage

Fini le papier à l’usine de Kruger de Brompton

Agence QMI

Kruger Papiers met fin définitivement à la production de papier journal, de papiers de spécialité et de pâte à son usine de Brompton à Sherbrooke. Quelque 190 employés sont touchés.

Les employés, en arrêt depuis 6 mois, gardaient tout de même espoir qu’un retour au travail soit possible : Avec une entreprise comme ça, il y a des possibilités de papiers ou les types de pâtes qui peuvent être produites chez nous. On gardait espoir qu’ils trouveraient quelques qui serait vendable à profits », affirme Sébastien Carrier-Provencher, président du syndicat des travailleuses et travailleurs des pâtes et du papier de Brompton.

D’autant plus qu’il y avait des pourparlers avec le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, pour une relance de l’usine. « Kruger est une entreprise résiliente et puis on poursuit nos discussions avec le gouvernement du Québec. On espère éventuellement une solution viable à long terme, mais à court terme, nous n’avions rien de concret à offrir à nos employés », explique Jean Majeau, Vice-président principal, Affaires corporatives et communications.

L’entreprise a expliqué que les «conditions de marché demeurent défavorables» après six mois d’interruption temporaire.

«La fermeture a pour effet de retrancher 100 000 tonnes de papier journal et 70 000 tonnes de papiers de spécialité de la production annuelle globale de Kruger», a affirmé la compagnie.

Ses installations à Brompton continueront de traiter des eaux usées et la centrale de cogénération sera remise en service. Environ 25 employés seront d’ailleurs rappelés au travail pour la redémarrer.