/regional/estduquebec/basstlaurent

Le Bas-Saint-Laurent passera-t-il au jaune?

TVA Nouvelles

Le Bas-Saint-Laurent qui a longtemps été considéré comme un premier de classe est passé au rang de dernier de classe. Les cas s'accumulent tellement vite que la région craint de passer du vert au jaune.

• À lire aussi: Les chirurgies non urgentes suspendues à La Pocatière

• À lire aussi: Fort achalandage à la clinique mobile de Rimouski

• À lire aussi: Les «événements festifs» montrés du doigt pour la flambée de cas

En l'espace de quelques jours, la situation a complètement basculé. Il y a à peine une semaine, avec 78 cas cumulatifs, plusieurs croyaient que la région demeurerait dans le vert longtemps, loin des éclosions des grands centres.

Mais des rassemblements et des fêtes privées ont gâché tous les efforts déployés depuis des mois par les Bas-Laurentiens. En quelques jours, la région a enregistré plus d'une centaine de nouveaux cas. 

Mais l'appel au dépistage a été entendu, dans la région: les centres de prélèvements ont été pris d'assaut, dans les derniers jours. Dimanche, plus de 1100 tests ont été effectués.

Des élus du Bas-Saint-Laurent souhaitent que ce rappel brutal serve d'électrochoc.

«N’attendez pas que ça passe au jaune. Soyons davantage prudents que moins», lance le maire d’Amqui, Pierre D’Amours. 

Les répercussions sont nombreuses: des chirurgies ont dû être reportées à l'hôpital de La Pocatière et des bars et des restaurants sont fermés dans l'attente de résultats de leurs employés.

Est-ce que le Bas-Saint-Laurent passera du vert au jaune? Certains citoyens craignent même de passer directement au palier orange. On le saura mardi, lors de la conférence de presse du ministre de la Santé.

Dans la même catégorie