/news/coronavirus

Reprise du sport étudiant: un casse-tête dans les écoles

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Malgré le feu vert donné par le gouvernement Legault, la reprise du sport étudiant est difficile à organiser dans certaines écoles. Les équipes sportives cherchent une façon de tenir les camps de sélection des élèves-athlètes tout en respectant les règles sanitaires. 

Le ministre Jean-François Roberge permet désormais aux élèves des régions classées verte ou jaune de fréquenter jusqu’à deux groupes stables en plus de leur classe régulière afin de pratiquer des activités parascolaires.  

Mais comme le dit l’adage, le diable est dans les détails. Accueillis comme une bouffée d’air frais par le réseau du sport étudiant, les assouplissements annoncés par Québec donnent du fil à retordre aux directions d’écoles.  

À l’école secondaire de Rochebelle, à Québec, le programme de basketball est suspendu le temps de trouver une solution pour tenir les camps de sélection, préalables à la formation des équipes. Comment comparer les habiletés d’une trentaine d’élèves provenant de classes différentes pour former une équipe d’une douzaine de joueurs sans enfreindre la règle des groupes stables?  

Lundi soir, la direction de l’établissement attendait toujours des précisions du ministère de l’Éducation.  

«On ne veut pas se faire reconfiner ou se faire taper sur les doigts en disant, il y a eu des cas et vous n’avez pas respecté la bulle, ça ne serait pas super pour personne», signale Marc Lalancette, responsable des communications à la Commission scolaire des découvreurs.  

Ce dernier insiste toutefois sur l’importance des activités parascolaires pour les élèves. «C’est la vie de l’école les activités parascolaires (...) et ça stimule beaucoup de jeunes garçons et de jeunes filles à rester en classe et être motivés», dit-il.  

Au Séminaire Saint-François, une école secondaire privée de Saint-Augustin, les équipes de soccer seront formées sans que la performance des élèves ne soit évaluée cette année. Les groupes doivent être complétés d’ici la fin de la semaine, ce qui ne laisse pas le temps de faire un camp de sélection.  

«Ça va être très difficile, mais on va annoncer aux joueurs qu’on va former les équipes selon le meilleur de nos connaissances sur le niveau de jeu, mais que ce ne sera assurément pas parfait. On n’a pas le choix», fait valoir le responsable des sports, Antoine Gendron.  

Ce dernier précise que pour les autres sports, comme le football ou le hockey, les équipes étaient déjà complétées, ce qui leur permettra de reprendre dès maintenant les entraînements.  

Priorité aux cours préalables au cégep

À la Commission scolaire de la Capitale, on était encore lundi à analyser ce qui va pouvoir reprendre ou non. «Ça va dépendre d’une école à l’autre», précise Véronique Gingras.  

Mais la priorité sera donnée aux cours à option préalables à l’admission au niveau collégial. «Pour les élèves de 4e et 5e secondaire, c’est sûr que la priorité ça va être leurs maths, leurs sciences pour leur cheminement vers le cégep», signale Mme Gingras. 

La semaine dernière, Le Journal rapportait que des élèves étaient privés des cours à option nécessaires à leur admission au cégep en raison des contraintes liées à la bulle-classe. Les assouplissements annoncés par le ministre Roberge permettront à ces étudiants de suivre les cours requis à l’extérieur de leur bulle-classe. 

Lundi soir, le ministère de l’Éducation et le cabinet de la ministre des Sports, Isabelle Charest, n’avaient pas encore répondu aux interrogations de notre Bureau parlementaire au sujet des camps de sélection.