/regional/montreal/monteregie

Un procès pour une conductrice meurtrière

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

À Granby, Catherine Geoffroy a subi ce matin son procès devant jury sous de graves accusations d'homicide involontaire d'un signaleur routier, délit de fuite et deux chefs d'agression armée.

Les événements tragiques remontent au 7 novembre 2017 et sont survenus en plein coeur du village de Bonsecours, à l'intersection de la route 220 et de la rue de l'Église.

Selon ce qu'a déclaré la poursuite dans sa déclaration préliminaire aux 7 hommes et 5 femmes du jury, la conductrice de 33 ans parlait au cellulaire en traversant un chantier routier. Elle aurait fait fi des consignes d'un premier signaleur pour s'avancer lentement et percuter une femme.

Superviseur des signaleurs, Michel Carmel se serait placé devant son véhicule pour lui bloquer le passage et lui demander de s'arrêter afin d'attendre les policiers.

La suite aurait été marquée par un moment d'agitation et d'énervement.

L'accusée a décidé de poursuivre sa route, a renversé l'homme qui a roulé sur le capot qui est par la suite tombé en se heurtant la tête sur la chaussée.

Dans les heures après l'accident, l'accusée, qui a poursuivi sa route jusque chez elle, aurait mentionné aux policiers vouloir porter plainte pour les dommages causés à son véhicule.

La conductrice était loin de se douter que Michel Carmel décéderait une semaine plus tard d'un traumatisme cérébral.

L'attente de 34 mois a paru interminable à la conjointe de la victime, Lyne Lemay, qui entend suivre chaque jour de ce procès.

Encore plus déplorable selon la dame, c'est que depuis les événements tragiques, au moins trois autres signaleurs sont décédés et plusieurs autres ont été blessés en raison de comportements téméraires et imprudents de la part d’automobilistes aux abords de chantiers routiers.