/sports/homepage

À VOIR: Bergevin se prononce sur tous les dossiers chauds

Jean-François Chaumont | Le Journal de Montréal

Il n’y a rien de normal en cette année 2020. Même pour le Canadien, cette saison restera étrange. Sans la pandémie de la COVID-19, le CH n’aurait jamais participé aux séries.

Avant l’interruption de la campagne dans la LNH, le 12 mars, le Tricolore se dirigeait vers une troisième saison d’affilée sans une présence en séries. À ses cinq dernières années, il y aurait eu quatre exclusions. Dans un tel contexte, les messages entourant l’équipe seraient bien plus sombres.

Marc Bergevin et ses hommes de hockey ont bénéficié d’un cadeau du ciel en recevant une invitation pour une relance des activités dans une formule à 24 équipes. Dernière équipe à recevoir son carton d’invitation, le CH a saisi cette occasion en éliminant les Penguins de Pittsburgh dans une série trois de cinq lors du tour de qualification.

En première ronde des séries, Carey Price, Shea Weber et leurs coéquipiers ont livré une belle bataille aux Flyers de Philadelphie, s’inclinant en six rencontres. Les 10 matchs éliminatoires ont offert des réponses importantes à Bergevin.

Price et Weber, les deux membres clés du noyau de l’équipe, ont encore du bon hockey dans les jambes. Mais il y a aussi l’émergence des centres Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi qui ont rassuré les têtes dirigeantes de l’organisation.

«C’est seulement 10 matchs, mais le portrait de l’équipe est maintenant plus clair, a raconté le directeur général lors d’une généreuse entrevue à l’émission de JiC sur les ondes de TVA Sports. Nos jeunes ont pris un gros pas vers l’avant. Dès le premier jour du camp, nous pouvions voir que Suzuki et KK [Kotkaniemi] avaient déjà une coche».

De nombreuses cartes

Pour la prochaine saison, toujours à une date inconnue, Bergevin cherchera à construire sur cet élan du mois d’août. Le DG voudra amener son équipe à une autre étape, soit de faire de ce groupe l’un des meilleurs dans l’Association de l’Est.

Dans l’espoir d’y parvenir, Bergevin disposera de plusieurs bonnes cartes dans son jeu. Il possède une tonne de choix au prochain repêchage et il a une assez bonne marge de manœuvre sous le plafond salarial (près de 13 millions $).

Bergevin a déjà affiché ses intentions. Il a réglé deux dossiers au cours des derniers jours avec les acquisitions d’un bon gardien numéro deux en Jake Allen et d’un défenseur de plus avec Joel Edmundson.

Il aura visiblement l’intention d’être actif d’ici les prochaines semaines.

Le Journal vous propose sept dossiers à surveiller.

Karl Alzner

Le défenseur a encore deux ans à son contrat à une moyenne sous le plafond salarial de 4,625 millions $. À ses deux dernières saisons, le hockeyeur de 31 ans a porté plus souvent le chandail du club-école du Rocket de Laval que celui du Canadien.

Bergevin pourrait logiquement choisir de racheter son contrat avant la prochaine saison. Si le CH y va pour cette stratégie, il n’y aurait pas une très grande répercussion sur le plafond salarial. Il en coûterait 0,833 M$ pour les quatre prochaines saisons.

Joel Edmundson

Acquis des Hurricanes de la Caroline, le défenseur devra parapher un nouveau contrat avec le CH d’ici le 9 octobre. Il gagnait 3,1 M$ l’an dernier avec les « Canes » et 3 M$ en 2018-2019 avec les Blues de St. Louis. Il exigera un contrat probablement dans les eaux de celui de Ben Chiarot (3,5 M$ pour encore deux ans).

«On négocie avec Edmundson, a mentionné Bergevin à Jean-Charles Lajoie. On cherche à obtenir une bonne entente.»

Âgé de 27 ans, Edmundson est un arrière gaucher de gros format : 6 pi 4 po et 215 lb. Il représenterait un bon ajout pour aider l’équipe en infériorité numérique.

«Si tu analyses nos défenseurs avec Weber, [Ben] Chiarot, [Jeff] Petry, [Alexander] Romanov et Edmundson, ça nous ferait cinq bons défenseurs, a poursuivi le DG. Il y a aussi [Brett] Kulak et [Victor] Mete. Ça nous fait sept défenseurs. Toutes les équipes veulent des défenseurs.»

Max Domi

C’est le dossier le plus nébuleux. Sur le strict plan contractuel, Bergevin devra lui offrir un nouveau contrat. Domi sera joueur autonome avec compensation. Avant de s’interroger sur les dollars, il faut se demander s’il cadre toujours dans les plans de l’équipe. En séries, l’attaquant a joué la majorité des matchs au centre du quatrième trio.

«Max a de la puissance et des habiletés, a dit Bergevin à JiC. À sa première année, il utilisait plus sa puissance et ses habiletés en deuxième. Il devra recommencer à jouer de cette façon. Cette année, il se basait plus sur ses habiletés. Mais je peux vous dire que Max n’a jamais demandé une transaction.»

Trouver un marqueur sur les ailes

Il y a enfin du talent à la position clé de centre avec Suzuki, Kotkaniemi et Phillip Danault. Bergevin aura maintenant comme mission de mieux les entourer. Jonathan Drouin, Tomas Tatar et Brendan Gallagher sont de bons ailiers, mais ils n’appartiennent pas au groupe des exceptionnels. Le besoin le plus criant se retrouve surtout à l’aile droite. Après Brendan Gallagher, qui a deux saisons de 30 buts ou plus, c’est assez mince. Jœl Armia est trop inconstant pour s’établir au sein d’un top six.

Bergevin devra tendre l’oreille. Il pourrait cogner à la porte d’une équipe qui aura besoin de libérer quelques millions pour faire l’acquisition d’un bon ailier.

«J’aimerais ajouter un joueur avec du gabarit et qui peut produire offensivement, a reconnu Bergevin à JiC. Mais est-ce que ce type de joueur est disponible ? Les équipes qui ont ce joueur, elles cherchent à le garder. Mais il y a des équipes qui pourraient avoir des problèmes avec le plafond.»

Se préparer pour le repêchage

Le Canadien a le choix entre 11 possibilités pour le repêchage des 6 et 7 octobre.

Trevor Timmins parlera quatre fois parmi les deux premiers tours et à huit reprises aux quatre premiers tours.

Encore une fois, Bergevin a assez de cartes dans son jeu s’il désire améliorer son choix de premier tour (16e) de quelques rangs. L’an dernier, le CH a repêché 10 espoirs. En 2018, c’était 11. Il y a eu de bonnes prises avec les Cole Caufield, Jayden Struble et Mattias Norlinder en 2019, mais aussi les Kotkaniemi, Romanov et Jordan Harris en 2018.

Si le DG a déjà expliqué sa théorie des dards pour le repêchage en disant qu’avec un choix multiple, ça lui donne plus de chances d’atteindre la cible, il y a aussi une limite. Le Tricolore pourrait difficilement ajouter 10 autres espoirs à l’organisation. Il ne faut pas oublier qu’il y a une limite de 50 contrats professionnels par équipe.

Les joueurs autonomes

Bergevin a toujours dit que le 1er juillet représentait la journée où il se faisait le plus d’erreurs dans la LNH. Ce ne sera pas le 1er juillet cette année, mais le 9 octobre. Le danger reste toutefois le même.

Dans un contexte de pandémie, les propriétaires de la LNH pourraient toutefois dépenser leurs millions avec une plus grande prudence.

Taylor Hall sera l’ailier le plus convoité. À 28 ans, il a déjà gagné le trophée Hart en 2018 avec les Devils du New Jersey. Il exigera toutefois un riche et long contrat.

Après Hall, c’est assez mince. Il y a les ailiers Mike Hoffman et Evgenii Dadonov, deux anciens des Panthers de la Floride. Hoffman est un marqueur, mais il traîne aussi une drôle de réputation. Dadonov, qui a inscrit 25 buts ou plus à ses trois dernières années, est toutefois un autre petit ailier.

À la ligne bleue, Alex Pietrangelo et Torey Krug devraient représenter les deux plus gros poissons.

Une autre transaction

L’hypothèse d’une transaction revient souvent. Le contexte s’y prête. Premièrement, il a encore de l’espace sous le plafond salarial. Mais à long terme, il n’a pas une tonne de millions puisque les Gallagher, Tomas Tatar, Danault, Petry et Armia auront tous droit à l’autonomie complète à la fin de la saison 2020-2021.

Bergevin pourrait aussi choisir de se départir d’un des membres de son noyau. Dans le passé, il n’a jamais hésité à le faire.

«Des joueurs comme Petry, Gallagher et Phil, nous aimerions les garder à Montréal, a précisé le DG. Un gars comme Gallagher apporte beaucoup à l’équipe. Nous aimerions le voir finir sa carrière avec nous.»