/news/law

Autoroute à vélo: la mairesse Valérie Plante mise en demeure

Yves Poirier | TVA Nouvelles

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, est visée par une mise en demeure que lui ont fait parvenir mardi après-midi des commerçants de la rue Saint-Denis en lien avec le chantier du controversé projet de Réseau express vélo, a appris TVA Nouvelles.

• À lire aussi: EN VIDÉO | Valérie Plante intervient sur un chantier dangereux

• À lire aussi: «Ça me met en colère!» : Valérie Plante réagit aux chantiers chaotiques

• À lire aussi: Un restaurateur veut tester les cyclistes en faveur du Réseau express vélo

Concept Zone inc., Optique Georges Laoun inc. et Mycoboutique inc., via leur procureur Me Denis Cloutier, ont signifié la mise en demeure affirmant subir un préjudice qui va bien au-delà des inconvénients normaux qui découlent habituellement de travaux publics.

«Le moment choisi pour ce faire ne peut être pire. Alors que les chantiers successifs et la pandémie sans fin ont affaibli ou achevé plusieurs commerces, on décide d'aller de l'avant avec des travaux dont l'impact prévisible dans les circonstances est grave sur les commerces qui peinent à survivre à toutes ces épreuves», peut-on lire dans le document. 

Ils se plaignent des travaux qui bloquent la rue Saint-Denis, entre la rue Roy et le boulevard Saint-Joseph, ne laissant qu'un mince passage d'une voie vers le nord.

«Nos clients notent la quasi-absence d'espaces de stationnement sur la rue, la difficulté à y circuler même à vélo, à y immobiliser un véhicule pour fins de livraison, et la difficulté d'y circuler pour les piétons», ajoutent-ils en déplorant l'indifférence de l'administration au pouvoir qui offre, selon eux, des réponses lapidaires. 

«L'administration municipale a certes droit de réaliser des projets pour le bien commun et d'exercer les choix qui y donnent lieu. Mais pas envers et contre tous. Pas en pleine pandémie alors que nombre des commerçants sont acculés à la faillite et qu'il existe une réelle possibilité, malheureusement déjà démontrée, que la situation actuelle soit le coup de grâce pour nombre d'entre eux», affirme-t-on.

«Nos clients entendent intenter tous les recours appropriés dans les circonstances ainsi que réclamer à la Ville tous les dommages qu'ils subissent et subiront en raison de la situation, des choix mal avisés, et des mesures mal adaptées qui leur font subir des inconvénients», conclut-on.