/finance/homepage

Les parcs d'attractions californiens font pression pour une réouverture

Agence France-Presse

Fermés depuis six mois en raison de la pandémie de coronavirus, Disneyland, Universal Studios et de nombreux autres parcs d'attractions basés en Californie ont réclamé au gouverneur de l'État qu'il publie les critères sanitaires nécessaires à leur réouverture, pour sauver «des dizaines de milliers d'emplois».

L'association professionnelle des attractions et parcs de Californie (CAPA), qui représente les intérêts d'une trentaine de parcs à thème, zoos, etc., «exhorte le gouverneur à rendre au plus vite publiques ses recommandations pour que ces attractions vitales puissent rouvrir leurs portes de manière responsable» et que les employés locaux puissent retourner au travail.

Depuis leur fermeture voici six mois, ces parcs ont «conçu des plans détaillés pour rouvrir, avec réduction des capacités, masques obligatoires et protocoles sanitaires stricts pour les visiteurs comme pour les employés (...) Mais pour rouvrir, les parcs ont besoin des recommandations de l'État, or ces recommandations se font attendre», souligne dans un communiqué reçu mardi par l'AFP Erin Guerrero, directrice générale de l'association CAPA.

Selon Mme Guerrero, «des dizaines de milliers d'emplois» sont en jeu, de même que des centaines de millions de dollars de retombées fiscales, sans oublier «les commerces locaux qui vivent grâce aux parcs d'attractions».

Le parc Disneyland, à Anaheim (sud de Los Angeles), avait initialement prévu de rouvrir progressivement à partir du 17 juillet, mais a dû y renoncer faute de feu vert des autorités locales.

Disneyland est le deuxième parc d'attractions le plus visité au monde, derrière Disney World à Orlando en Floride, qui a déjà rouvert. Il attire habituellement des millions de touristes chaque année.