/news/coronavirus

COVID-19: son fils retiré de l'école en fauteuil roulant sans explication

TVA Nouvelles

Après que son fils eut été retiré de son école de manière préventive, une mère de famille monte au front pour dénoncer la façon dont la direction a géré la situation.

Linda Flamand a pris l’initiative de téléphoner à l’école de son fils après avoir appris que sa nièce, avec qui il avait été en contact, avait été déclarée positive à la COVID-19. Après quelques explications, la direction lui demande de venir chercher son fils, raconte-t-elle.

À son arrivée au débarcadère A de l’école de la Magdeleine, à La Prairie, en Montérégie, Linda Flamand a eu toute une surprise.

«La surveillante fait sortir Michaël avec une autre dame qui est habillée avec le ''gros kit'', la grosse veste jaune, genre d’infirmière, avec le masque. J’ai la surprise de voir que Michaël est dans une chaise roulante avec un sac-poubelle sur lui. On voit dans ses yeux qu’il est vraiment inquiet», décrit Mme Flamand.

Ce qui choque encore plus la mère de famille, c’est que son fils est dans l’incompréhension la plus totale lorsqu’elle le voit.

«Ils l’amènent dans la salle, mais ils ne lui disent rien. La seule et unique chose qu’ils leur disent c’est ''ta mère a appelé, elle va venir te chercher, de quelle couleur est sa voiture?'' Lui dans sa tête, il se pose pleins de questions», déplore Linda Flamand.

Se disant elle aussi en état de choc face à la situation, Mme Flamand n’a pas eu le réflexe de demander des explications à la direction. Après coup, elle a décidé de téléphoner à la Commission scolaire pour leur expliquer la situation. Cinq jours plus tard, elle est toujours sans nouvelle.

Joint par l’équipe de Denis Lévesque, la Commission scolaire a expliqué avoir utilisé un fauteuil roulant pour éviter de devoir attraper l’adolescent en cas de malaise, comme ce fût le cas dans une autre intervention.

Une explication qui n’a pas su convaincre Mme Flamand.

«Je pense que ce n’est pas justifiable d’utiliser un autre élève qui a eu un malaise pis d’en faire quelque chose de commun pour les prochains à venir ou pour Michaël», dit-elle. 

N’en reste que pour Linda Flamand, les responsables de l’établissement auraient dû expliquer la situation à son fils pour ne pas qu’il soit si désemparé face à la situation.