/regional/saguenay

De musicien à préposé aux bénéficiaires

Molly Béland | TVA Nouvelles

La COVID-19 a forcé plusieurs personnes à se réinventer. C'est le cas d'un violoniste du Cirque du Soleil qui a troqué son violon pour un masque et des gants. Il est devenu préposé aux bénéficiaires.

La douce musique du Robervallois Sébastien Savard résonnera au CHSLD de Roberval où il travaille officiellement depuis le 15 septembre. Pour lui, impossible de rester en place alors qu'une pandémie frappe tout le monde.

«J'ai voulu aider, a-t-il confié. J'ai voulu faire autre chose que m'asseoir sur mon derrière et attendre que le temps passe, parce qu'il ne passe pas là, on est encore dans le temps.»

D'abord inscrit sur la plateforme «Je contribue», Sébastien a commencé son immersion dans le domaine des soins en tant que préposé à l'alimentation. Quelques mois plus tard, il a suivi la formation pour devenir préposé aux bénéficiaires, un métier qu'il qualifie affectueusement d'«anti-pandémique».

Il voit d'ailleurs une grande ressemblance entre son poste de préposé et l'univers musical.

«J'ai un public, une personne à la fois, mais quand même. Je dois les ''entertainer'', leur parler, m'intéresser à eux comme je m'intéresse à un public. Je dois les charmer», a-t-il indiqué.

Et c'est avec son expérience au Cirque du Soleil, à Quebecissime et à plusieurs autres spectacles qu'il compte y arriver. De son propre aveu, ses qualités de musicien pourraient même lui être bénéfiques dans son nouveau travail lorsqu'il est question de développer le lien de confiance avec les bénéficiaires.

Il sait à quoi s'attendre  

Le violoniste a déjà fait plusieurs stages dans les milieux de soins depuis le début de sa formation de préposé. Il a donc déjà une bonne idée de ce qui l'attend.

«Je me suis habitué à la routine, a-t-il avoué. Plus ça va, plus je m'améliore dans mes techniques, dans la vitesse, parce que ça va vite! Tellement vite, on a beaucoup de gens à s'occuper. Je suis dans le bain depuis presque 3 mois.»

Il a dû apprendre rapidement le métier comme 83 autres nouveaux préposés formés au Centre de services scolaire du Lac-Saint-Jean.

Pour la suite, le meilleur des mondes pour Sébastien Savard serait de pouvoir accorder son violon avec son nouveau rôle de préposé. En attendant, il n'est pas impossible qu'il laisse traîner un violon au CHSLD pour pouvoir divertir les bénéficiaires lorsqu'il aura le temps, comme il a déjà fait auparavant.