/news/coronavirus

École Sans-Frontière à Québec: plus de 300 élèves et employés soumis au dépistage

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Le dépistage massif visant plus de 300 élèves et membres du personnel de l’école primaire Sans-Frontière, à Québec, a commencé mercredi matin dans le gymnase de l'établissement.

Photo Dominique Lelièvre

Le dépistage massif visant plus de 300 élèves et membres du personnel de l’école primaire Sans-Frontière, à Québec, a commencé mercredi matin dans le gymnase de l'établissement.

Le dépistage massif de plus de 300 élèves et membres du personnel de l’école primaire Sans-Frontière, à Québec, a commencé mercredi matin.

Dans cette école du secteur Vanier, trois élèves de deux groupes-classes et «moins de cinq» employés ont reçu un diagnostic de COVID-19. 

En raison d’un risque de transmission jugé «faible», la Santé publique a recommandé que des prélèvements soient faits sur toute personne qui fréquente l’endroit, une première dans la région.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale évoque une éclosion «circonscrite» et une démarche qui est d’abord préventive.

«La Santé publique a émis que le risque de transmission est de nature faible; cependant, on vient analyser, on vient faire les prélèvements, vraiment, pour s’assurer qu’il n’y a pas eu d’autre transmission. C’est pour ça qu’on est là», a indiqué Serge Garneau, directeur adjoint des services de santé généraux au CIUSSS.

Photo Dominique Lelièvre

Parents préoccupés

Une clinique mobile et deux équipes de dépisteurs seront sur place de 7h à 18h, mercredi et jeudi. Les prélèvements sont faits dans un gymnase.

Tous les élèves, de la maternelle 4 ans à la 6e année, doivent y passer, de même que tout le personnel d’enseignement, du service de garde et de l’administration.

«La situation de la COVID-19 nous préoccupe, mais l’école fait tout pour éviter la propagation du virus», a noté André Pablo, père de fillettes de 7 et 4 ans.

À 14 h 30, mercredi, une centaine d'élèves et d'employés avaient déjà été reçus par la clinique mobile.

Photo Agence QMI, Marc Vallières

«Ça va très bien, il y a une bonne collaboration» a estimé Serge Garneau en début de journée.

Les deux classes officiellement touchées par la COVID-19 ont été retirées du milieu scolaire pour 14 jours. La clinique mobile de dépistage ciblera les enfants et adultes des autres classes.

À moins de présenter des symptômes, les enfants peuvent continuer leur cheminement scolaire physiquement dans l’école, sans attendre le résultat de leur test, a indiqué M. Garneau.

Bonne collaboration

Quant aux enfants qui seraient symptomatiques ou qui fréquentent les deux groupes isolés, ils sont dirigés vers des sites de dépistage traditionnels, notamment celui de Fleur-de-Lys.

Une autre maman, Sandra Chrétien, s’est dite rassurée par la façon dont l'établissement gère la situation.

«C’était le risque à prendre, de rouvrir les écoles. On va vivre avec si ça arrive, c’est tout. Je ne suis pas inquiète du tout, on va faire ce qu’il faut», a-t-elle dit, en conduisant son fils de 6 ans à l’école.

Selon la liste officielle de Québec, des cas de COVID-19 avaient été découverts dans un total de 32 établissements scolaires de la Capitale-Nationale en date de lundi.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale assure qu’il est prêt à procéder à des dépistages massifs dans d'autres milieux, si cela s’avère nécessaire.

«On s’était préparés à la deuxième vague, à la rentrée scolaire, et ça faisait partie de nos scénarios», a déclaré Serge Garneau, qui est responsable des cliniques désignées de COVID-19 dans la Capitale-Nationale.

Dans la même catégorie