/news/politics

Ensemble Montréal veut sabrer dans les dépenses

Elsa Iskander

Joël Lemay / Agence QMI

Réduire les effectifs de la Ville de Montréal, limiter les investissements en informatique, reporter les projets et chantiers non essentiels, diminuer temporairement la taxe foncière non résidentielle au centre-ville: voici quelques suggestions d’Ensemble Montréal pour équilibrer le budget 2021.

• À lire aussi: Les autos de retour sur la rue Ontario à Montréal

• À lire aussi: Une baisse de la taxe commerciale demandée à Montréal

La Ville devrait s’abstenir de créer de nouveaux postes en 2021 et diminuer son personnel, notamment par attrition, selon le parti d’opposition.

L’effectif des ressources humaines a crû de 13,5 % en trois ans: «dans l’optique où la Ville de Montréal accepte de geler les embauches, une aussi grande équipe de recruteurs apparaît démesurée», peut-on lire dans un rapport minoritaire de l’opposition déposé à la Commission sur les finances de l’hôtel de Ville.

Vendredi dernier, la Commission a formulé 17 recommandations à l’administration municipale dans le cadre des consultations prébudgétaires, comme limiter une hausse de taxes foncières à l’inflation ou faire des économies notamment via la rémunération et les projets. Le report de projets moins urgents ou essentiels, est suggéré, sans spécifier lesquels.

Recommandations

Richard Deschamps, président de la Commission et élu de l’Équipe Barbe, et Alan DeSousa, vice-président de la Commission et élu d’Ensemble Montréal, ont expliqué qu’il est difficile de faire des recommandations très précises sans avoir des chiffres récents sur l’impact financier de la crise sanitaire, qui ont été demandés mais pas obtenus.

«Si les recommandations sont un peu moins précises en termes de quel projet ou quel montant, c’est parce que la commission n’a pas été aidée par l’administration» en ce qui concerne les détails de situation financière actuelle, a dit M. DeSousa.

En avril dernier, l’administration de Valérie Plante anticipait des pertes de revenus entre 250 et 500 millions $ en raison de la pandémie.

M. Deschamps et M. DeSousa plaident pour une réduction des dépenses. Cela dit, les recommandations n’étant pas contraignantes et l’administration prendra ultimement les décisions budgétaires.

«On recommande au niveau du budget de fonctionnement de faire les meilleurs choix possibles et de restreindre le plus possible les dépenses», a résumé M. Deschamps. «On a essayé de se situer dans la conjecture actuelle. Les revenus ne sont pas et ne seront probablement pas au rendez-vous», en contexte de pandémie.

Aller à l’essentiel

«Comme Ville on a l’obligation de donner des services aux citoyens» et il y a une différence entre les services «essentiels», comme le service de l’eau ou la sécurité des routes et des bâtiments, et «le nice to have (agréable à avoir)», fait valoir M. DeSousa.

Ensemble Montréal souhaite repousser 23 millions $ d’investissements prévus pour un Centre de tri des matières recyclables de l’Est, et se débarrasser du Bureau de la ligne rose et du Bureau des relations internationales.

L’opposition plaide pour le report de deux projets phares de l’administration Plante, soit le Réseau express vélo et l’application d’un futur Règlement pour une métropole mixte.

Désaccord sur le déficit

Selon la Commission sur les finances, un soutien financier gouvernemental est nécessaire pour avoir un budget équilibré en 2021.

Elle recommande à la Ville de réclamer, en dernier recours, une levée temporaire de l’interdiction pour les municipalités de faire un déficit. En août dernier, la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a fermé la porte à cela.

M. DeSousa s’oppose catégoriquement à un budget déficitaire, refusant «de pelleter en avant sur les générations à venir le fardeau des dépenses excessives et de l’endettement excessif».