/news/techno

Facebook veut lancer des Ray-Ban intelligentes

Agence France-Presse

Mad Men

Photo courtoisie

Facebook a noué un partenariat avec le leader mondial de l'optique EssilorLuxottica, avec pour premier objectif la sortie en 2021 de lunettes intelligentes de la marque Ray-Ban.

L'alliance s'inscrit dans un projet plus vaste du groupe américain, qui souhaite créer des lunettes considérées comme élégantes tout en offrant la possibilité à leur propriétaire d'avoir dans son champ de vision des données et graphiques sur la réalité l'entourant, a détaillé mercredi Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook.

Les Ray-Ban «représenteront notre première étape sur le chemin vers des lunettes à réalité augmentée, et elles sont plutôt jolies», a affirmé le patron du réseau social lors d'une conférence dédiée à sa plateforme de réalité virtuelle Oculus.

Le partenariat «combinera les applications et technologies de Facebook avec le leadership et les marques emblématiques de Luxottica et l'expertise d'Essilor dans les verres de lunettes pour aider les consommateurs à être mieux connectés avec leurs amis et leur famille», a souligné le groupe basé en France dans un communiqué séparé. 

Les spécifications techniques n'ont pas été précisées, les ingénieurs du «Projet Aria» étant toujours en phase d'expérimentation. 

«Il y a encore beaucoup de travail à faire sur certaines des technologies fondamentales», a souligné M. Zuckerberg.

Entre autres défis: les capteurs, les capacités des caméras ou le logiciel devant «cartographier» en temps réel ce que le porteur des lunettes voit afin d'y ajouter des images virtuelles.

«Imaginez une paire de lunettes qui apporte, en 3D, une couche d'informations supplémentaires utiles et pertinentes en fonction du contexte, en plus de ce que vos yeux observent», décrit Facebook dans un message présentant le projet.

Nouveau casque de réalité virtuelle 

«Un tel outil pourrait nous aider à remplir certaines tâches du quotidien, comme trouver les clés, se déplacer dans une nouvelle ville, ou enregistrer un moment particulier», ajoute le message. «Mais il pourrait aussi offrir une nouvelle façon de se mouvoir dans le monde.»

Facebook, régulièrement critiqué pour le manque de protection de la vie privée de ses utilisateurs, a souligné que cet élément était une des priorités du projet.

La société semble ainsi vouloir éviter les critiques qui avaient accompagné le lancement en 2013 des Google Glass, controversées en raison notamment de leur appareil photo et de leur caméra pouvant être déclenchés discrètement. 

Google avait fini par abandonner la vente du produit au grand public avant de relancer en 2017 des lunettes connectées destinées aux entreprises.

Les porteurs des premiers prototypes de lunettes de Facebook seront seulement autorisés à enregistrer dans les bureaux de Facebook, chez eux et dans l'espace public, mais pas dans les espaces privés comme les magasins ou les restaurants sans l'autorisation écrite des établissements. 

M. Zuckerberg a aussi présenté mercredi la seconde génération des casques de réalité virtuelle Oculus Quest, plus léger et plus puissant. À 299,99 dollars aux États-Unis, le premier prix est moins cher que la version précédente.