/news/coronavirus

La mairesse de Longueuil se dit victime d’attaques personnelles

TVA Nouvelles

La mairesse de Longueuil, montrée du doigt pour avoir tardé à annoncer le fait qu’elle était atteinte de la COVID-19 la semaine dernière, a dû se défendre lors du conseil municipal, mardi soir, jugeant qu’elle était victime d’attaques personnelles. 

• À lire aussi: La mairesse de Longueuil infectée; la liste des politiciens en isolement s'allonge

• À lire aussi: Après l'incident de Longueuil, faudrait-il limiter les conférences de presse?

• À lire aussi: Le conjoint de Sylvie Parent s'excuse d'être sorti de sa quarantaine

«J’aurais pu avertir personne parce que c’est de l’ordre personnel!», a fait savoir Sylvie Parent par visioconférence. «M. le président je vais vous demander d’agir à titre de président pour que les attaques personnelles ne fassent pas parties du débat présentement.»

Elle assure avoir respecté les règles de la santé publique à la suite de son diagnostic positif à la COVID-19. 

«Le processus qui m'a amené à dénoncer des gens avec qui j'avais été en contact ou pas, à moins de deux mètres, plus de 15 minutes sans masque, ce sont les règles que la santé publique m'a demandé de donner comme liste de personnes à risque. Toutes les autres, ont été averties par précaution. Honnêtement, j'ai respecté ce que la santé publique m'a demandé de remplir comme document. Les personnes qui sont entrées dans mon deux mètres, sans masque, pendant plus de 15 minutes ont été avisées. J'ai fait ce qu'on m'a demandé de faire», a-t-elle soutenu. 

La mairesse de Longueuil a commencé à ressentir des symptômes de la COVID vendredi le 4 septembre, s’est fait tester le lendemain et a eu son résultat le dimanche. Ce n’est que le mardi matin, soit deux jours plus tard, qu’elle a annoncé publiquement, par communiqué de presse, qu’elle était atteinte de la maladie. 

Cette annonce a poussé de nombreuses personnalités politiques à se placer en confinement préventif parce qu’ils avaient côtoyé Mme Parent lors d’événements publics où des règles sanitaires strictes étaient en place. 

La plupart des politiciens qui s’étaient placés en isolement parce qu’ils avaient côtoyé la mairesse de Longueuil ont eu un test négatif pour la COVID. 

L’isolement de certain d’entre-deux, dont le ministre des Transports François Bonnardel, se termine aujourd’hui. 

Dans la même catégorie