/finance/homepage

La prime à l’embauche de 1000 $ d’Amazon pas pour les Québécois

Francis Halin | Agence QMI

Amazon n’a pas l’intention d’offrir des bonis de 1000 $ à l’embauche aux travailleurs québécois, comme elle le fait pour ses employés d’entrepôt de l’Ouest canadien et des États-Unis, a appris Le Journal de Montréal.

• À lire aussi: Amazon crée 100 000 emplois supplémentaires aux États-Unis et au Canada

« À ce stade-ci, non, mais nous allons vous tenir au courant », a indiqué l’entreprise quand Le Journal a voulu savoir si les nouveaux travailleurs québécois d’Amazon allaient eux aussi avoir droit au boni de 1000 $ à l’embauche, comme ceux de la Colombie-Britannique.

Lundi, le site d’information Business Insider révélait qu’Amazon accorde un généreux boni de 1000 $ à ses nouveaux employés d’entrepôt dans au moins 28 villes aux États-Unis et au Canada.

« Payé en deux versements (500 $ à la fin du premier mois et 500 $ à la fin du deuxième mois). Opportunité pour un temps limité ! », peut-on lire sur le site d’emplois Amazon pour des postes à l’entrepôt de Tsawwassen, en Colombie-Britannique.

Zéro au Québec 

Même si Amazon est en mode embauche au Québec à son centre d’expédition de Lachine et qu’elle prévoit ouvrir un site à Saint-Hubert, elle n’offre pas pour l’instant ce boni de 1000 $, a confirmé l’entreprise américaine au Journal.

Au même moment, le bras investisseur du gouvernement du Québec, Investissement Québec (IQ), continue d’offrir des ateliers gratuits en anglais pour aider les fournisseurs québécois à vendre leurs produits sur leur site.

La semaine dernière, IQ a organisé un marathon de rencontres virtuelles pour « mieux comprendre les procédures d’achat de ce grand distributeur », intitulé « Meet the Buyers ».

« Je n’ai pas compris dans la description de tâches du ministre de l’Économie qu’il est rendu lobbyiste et facilitateur pour Amazon. Je ne sais pas ce que l’on fait là. Messieurs Fitzgibbon et Legault doivent s’expliquer », avait alors déploré Vincent Marissal, député de Rosemont de Québec solidaire, responsable des dossiers économiques.

Par ailleurs, Amazon a annoncé hier qu’elle misera bientôt sur ses propres boutiques de luxe en ligne pour séduire les amateurs de vêtements mode.