/news/coronavirus

L’Halloween aura lieu, dit le ministère de la Santé

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

Girl in halloween

Evgenia Tiplyashina - stock.adobe.com

Le gouvernement du Québec n’a pas l’intention de gâcher la fête d’Halloween, même s’il est encore trop tôt pour statuer définitivement sur le sort de la chasse aux bonbons dans les rues, le 31 octobre.

À un mois et demi de la fête, on ignore toujours si les enfants costumés pourront honorer la traditionnelle collecte des bonbons dans leur voisinage. En réponse à des questions du Journal, le ministère de la Santé ne ferme cependant pas la porte, disant être en toujours en réflexion.

« Nous tenons à rassurer petits et grands : l’Halloween aura lieu cette année. Toutefois, comme beaucoup d’autres choses, il faudra ajuster cette fête à la réalité de la pandémie et donc, il se peut que l’Halloween soit un peu différente cette année », a déclaré une porte-parole du ministère, Marie-Claude Lacasse.

Inquiétudes  

« L’objectif est de pouvoir annoncer nos recommandations prochainement », a-t-elle ajouté, précisant que « sans trop s’avancer à ce stade, [ce] n’est pas dans les intentions de la Santé publique d’annuler toutes festivités liées à l’Halloween. »

D’un point de vue de santé publique, on devine que les contacts de plusieurs mains sur les friandises et le porte-à-porte ne sont pas des situations idéales alors que la COVID-19 court toujours. Le 3 septembre dernier, le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, n’avait d’ailleurs pas caché ses craintes.

« Le 31 octobre, c’est proche, mais en même temps, c’est une éternité en termes de données épidémiologiques pour nous. C’est sûr que si on passe l’Halloween, ça ne pourra pas être de la même façon », avait-il dit lors d’une activité de presse, évoquant même une fête qui pourrait être « virtuelle ».

Des événements maintenus  

La question fait débat aussi chez nos voisins ontariens. Le premier ministre, Doug Ford, a déclaré le 10 septembre qu’il était « nerveux » à l’idée de laisser les enfants sonner de porte en porte. « Je préférerais qu’ils ne le fassent pas », a-t-il reconnu.

Si des activités concernant l’Halloween ont commencé à être annulées dans certaines municipalités, d’autres organisateurs d’événements ont décidé d’aller de l’avant encore cette année, en apportant des ajustements.

À Drummondville, le populaire Village hanté sera maintenu, a annoncé par communiqué le Village Québécois d’antan. Toutefois, il n’y aura pas de zone familiale, et les visiteurs devront choisir une plage horaire à l’avance, de façon à limiter le nombre de personnes sur le site au même moment.