/news/world

Nouvelle manifestation de policiers en Haïti

AFP

Plusieurs centaines de policiers et de sympathisants, cagoulés et en armes, ont manifesté mercredi, pour la troisième fois en une semaine, dans Port-au-Prince, afin de réclamer la libération d'un de leurs collègues, créant la panique dans la capitale haïtienne.

Organisé sans préavis, le cortège a rapidement sillonné les axes majeurs de la ville dans l'après-midi, incendiant quelques véhicules et, partiellement, un bureau public.

Les policiers, certains portant leur uniforme, ont régulièrement tiré en l'air avec leurs armes de service pour accompagner leur unique revendication, à savoir la libération de leur confrère.

Cet agent de la brigade de lutte contre le trafic de stupéfiants est incarcéré à la prison de Port-au-Prince depuis début mai pour assassinat, incendie criminel, destruction de biens publics et atteinte à la sûreté de l'État, selon l'ordre du juge d'instruction.

Une mobilisation similaire avait déjà été organisée samedi, aboutissant à la libération de cinq policiers qui avaient été arrêtés à la suite de la violation d'une scène de crime dont ils devaient assurer la surveillance.

Contactés mercredi par l'AFP, les porte-parole de la police nationale n'ont pas donné suite.

«La situation prend des dimensions de plus en plus alarmantes» a témoigné à l'AFP Renan Hedouville, responsable de l'Office de protection du citoyen en Haïti.

«On risque de perdre la police nationale d'Haïti comme on a perdu les forces armées», a-t-il alerté.

Comptant quelque 16 000 membres pour assurer la sécurité des plus de 11 millions d'habitants, la police nationale d'Haïti a été créée en 1994 à la suite du démantèlement de l'armée, alors impliquée dans plusieurs coups d'État.