/news/politics

Pascal Bérubé et François Legault de nouveau menacés sur les réseaux sociaux

Marc-André Gagnon | Bureau parlementaire

Photo d'archives, Simon Clark

Le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, a dû une fois de plus communiquer avec la police après qu’un complotiste ait publié sur Facebook qu’il mériterait «la peine de mort», comme le premier ministre.  

• À lire aussi: Menacé sur Twitter, Pascal Bérubé porte plainte à la police

• À lire aussi: Menaces sur Twitter : «une conduite qui signe une détresse», affirment des experts

L’individu en question, un dénommé Billy Gagné, qui sur sa page Facebook, s’affiche fièrement aux côtés de certains leaders du mouvement antimasque québécois, a publié un commentaire sans équivoque en réaction à une entrevue accordée par M. Bérubé au micro de QUB radio. 

Photo Facebook

«Vous croyez toujours que Pascal Bérubé travaille pour le peuple🤭 la gauche a eu plus de 200 millions de Billes Gâtes pour se fermer la gueule et nous diviser,Pascal Bérubé,tu es pire que pire,tu vas mériter la même peine que ton mentors François Legault ,crime contre l’humanité,vous êtes des criminels de guerre,c’est indiscutable=peine de mort,j’espère que justice sera rendu 😉 (sic)», a écrit Billy Gagné, qui serait originaire de Matane. 

La SQ prend le signalement «très au sérieux» 

Questionné par notre Bureau parlementaire, le député péquiste de Matane-Matapédia a confirmé que cette publication a aussitôt fait l’objet d’un signalement auprès de la Sûreté du Québec.  

Au moment d’écrire ces lignes, aucune plainte formelle n'avait été déposée. 

«Nous sommes au fait de propos menaçants tenus à l'endroit d'un élu de l'Assemblée nationale ce matin et les actions appropriées seront prises», a déclaré à ce sujet le porte-parole de la Sûreté du Québec, Hugo Fournier. 

«Toutes les situations du genre sont prises très au sérieux et les gens qui tiennent ce genre de propos s'exposent à des conséquences», a ajouté le lieutenant. 

Réactions 

 «Je n'accepte pas de me faire menacer en raison de mes prises de position politiques. En démocratie, on a le droit d'être en désaccord et de l'exprimer, mais pas de menacer de mort une personne avec laquelle on est en désaccord. Ça suffit», a réagi le chef intérimaire du Parti québécois, dans une déclaration publiée sur Twitter. 

«Tout type de menaces envers nos élus est inacceptable. Il faut les dénoncer. Les menaces visant le premier ministre sont prises en charge par la Sûreté du Québec. Nous vous invitons à les contacter pour toute information», a commenté de son côté l’attaché de presse de François Legault, Ewan Sauves. 

En début de semaine, le chef péquiste par intérim a dû porter plainte à la police après qu’un autre internaute, sous le pseudonyme «Lys Patriote», ait lancé sur Twitter que lui et sa conjointe ne pourraient bientôt «plus marché (sic) dans les rues». 

Le premier ministre a lui aussi été la cible de menaces au cours des dernières semaines, à l’instar du directeur national de santé publique, Horacio Arruda. 

Dans la même catégorie