/news/coronavirus

Près de 4200 tests en quatre jours au Bas-Saint-Laurent

Catherine Boucher | TVA Nouvelles

Depuis dimanche dernier, près de 4200 tests ont été effectués au Bas-Saint-Laurent. Treize nouveaux cas sont venus s'ajouter au bilan régional, mercredi, pour un total de 212 cas positifs de COVID-19 confirmés depuis le début de la pandémie.

• À lire aussi: Le Québec passe le cap des 300 nouveaux cas

• À lire aussi: Les commerçants du Bas-Saint-Laurent revoient leurs procédures

La région est passée au stade de préalerte mardi, soit le palier jaune. En raison de l’évolution de l’éclosion dans la région, le passage au palier orange pourrait être envisagé, selon la santé publique.

Devant l'ampleur de la tâche, les cliniques de dépistage du PEPS du Cégep de Rimouski et du Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent ont prolongé leurs heures d’ouverture jusqu’à 23 h, mercredi soir. Ces cliniques de dépistage seront également ouvertes jeudi et vendredi.

La prise de rendez-vous facilite le désengorgement au sein des cliniques de dépistage à Rimouski, qui étaient d’ailleurs beaucoup moins achalandées mercredi. La santé publique ajoute qu’un portrait de la situation épidémiologique plus précis à Rimouski devrait être dévoilé d’ici vendredi.

De l'aide pour les étudiants 

L’évolution de l’éclosion au Bas-Saint-Laurent a de nombreuses répercussions, notamment auprès des étudiants. Au Cégep de Rimouski, les cours sont suspendus cette semaine et reprendront en format entièrement en ligne lundi prochain, et ce, pour quelques semaines. Plusieurs étudiants vivent difficilement cette formule 100 % en ligne selon le président par intérim du Cégep de Rimouski.

Pour le tiers des étudiants provenant de régions extérieures, cette nouvelle réalité scolaire s’avère encore plus difficile.

«Surtout pour les premières années, c'est difficile à mon avis. Certains aussi ont déménagé à Rimouski juste pour suivre leurs cours parce qu'ils avaient des cours hybrides et là ils doivent avoir tout ça en ligne finalement, donc peut-être qu'ils ont payé leur loyer pour rien aussi. C'est très décevant pour la plupart», a dit Rémi Grenier, président par intérim de l'Association étudiante du Cégep de Rimouski, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Afin d'apporter plus de soutien psychologique et pédagogique, davantage de ressources sont déployées au Cégep de Rimouski. Des intervenantes psychosociales spécialisées en contexte de pandémie sont également disponibles sur plusieurs plateformes pour assurer un suivi avec les étudiants qui en font la demande et un programme de parrainage devrait voir le jour prochainement.

«On a deux intervenantes de plus en renfort pour l'équipe. Maintenant, on est beaucoup plus intervention, première ligne, besoin de parler. On a aussi un projet pour les pairs aidants. On a une vingtaine de bénévoles étudiants qui se sont proposés, on fait le lancement dans les prochaines semaines. Ils vont pouvoir garder un contact avec les étudiants, comme ceux qui sont retournés chez leurs parents ou qui sont dans un logement un peu plus seuls. Ça va permettre de garder un contact parce qu'on sait que l'aspect social est très important», a expliqué Anne-Marie Hudon, intervenante sociale au Cégep de Rimouski.

De son côté, le Centre de services scolaire des Phares demande à tous les membres du personnel d’éviter de sortir de la MRC de Rimouski-Neigette et de restreindre leurs déplacements à l’essentiel, par mesure préventive.