/regional/montreal/monteregie

Les cliniques de dépistage prises d'assaut

TVA Nouvelles

Alors que huit régions du Québec se trouvent désormais en préalerte face à la pandémie de COVID-19, l’achalandage pour le dépistage de la maladie ne dérougit pas. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: «Si on ne peut pas se faire tester, fermez les écoles!»

C’est le cas notamment à Longueuil, à l’aréna Jean-Béliveau, où les files d’attente de véhicules étaient déjà longues un peu avant 8h mercredi matin. 

Des dizaines de personnes sont arrivées particulièrement tôt, avant même que la clinique n’ouvre ses portes à 10h, par s’assurer de pouvoir passer le test. 

Mardi, la clinique affichait déjà complet à 10h30 le matin, ce mercredi c'est à 9h30 que les autorités ont confirmé qu'il n'y avait plus de place disponible. 

«On a donné près de 380 coupons», a expliqué Mélanie Malenfant, coordonnatrice au CISSS de la Montérégie-Est. 

Elle ajoute que la mise en place de telles cliniques n’est pas simple, il faut trouver les ressources, mais également le personnel pour les opérer. 

Dans ce centre de dépistage sans rendez-vous, la capacité maximale par jour est de 600 personnes. 

«Au début, on était à 400. La capacité est en fonction du site, ainsi que du nombre de ressources au niveau du personnel que nous avons. (...) Les gens ici ce sont des gens de ''Je contribue'' et des retraités», souligne Mme Malenfant.

La clinique située à cet endroit devait se dérouler sur trois jours, mais la journée de vendredi a finalement été ajoutée, en raison de la forte demande. 

Des citoyens en colère    

Les témoignages recueillis par TVA Nouvelles témoignent de la grogne ressentie par plusieurs citoyens qui ont pris la peine de se lever à l'aurore pour être certains de pouvoir être dépistés.

«Si tu veux être sûr d'être dépisté, il faut que tu te rendes quatre ou cinq heures d'avance. Ca n'a ni queue ni tête», lance un homme au début de la file de voitures.

Un député du Bloc québécois, placé en confinement avec son équipe, était également de la partie.

«Hier, il y a un de mes employés qui y est allé bien tôt le matin, et il m'a dit: "Dépêche-toi parce que ça se rempli très rapidement!"», explique Xavier Barsalou-Duval, député du Bloc québécois dans Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères.

Plus la journée avance, plus les citoyens doivent rebrousser chemin et parfois, sans autre option.

«Là je dois me trouver une autre clinique!», déplore une femme en compagnie d'une dame âgée. «Hier je suis allée dans une clinique sur la rue Sherbrooke à Montréal et les gens faisaient la queue leu-leu pendant plus de deux heures dehors! (...) Que le gouvernement se réveille et qu'il voit les problèmes qu'il crée au lieu de proposer des solutions irréalistes», lance la femme, en colère. 

Devant ces problèmes qui se multiplient, le CISSS de la Montérégie-Est propose de conculter le site Santé Montérégie pour trouver les autres cliniques sans rendez-vous dans la région. Les citoyens peuvent également appeler au numéro général pour prendre un rendez-vous dans les cliniques de dépistage fixe.

Dans la même catégorie