/news/world

Biden remonte sur le ring, Trump multiplie les rassemblements

Agence France-Presse

Joe Biden affronte jeudi soir sa première rencontre directe avec des citoyens depuis sa victoire à la primaire, lors d'une discussion télévisée qui lui offrira une nouvelle occasion d'éreinter Donald Trump sur sa gestion de la pandémie. 

• À lire aussi: L'économie américaine tourne au ralenti et guette de nouvelles aides du Congrès

• À lire aussi: Les mémoires d'Obama sortiront deux semaines après l'élection

C'est en bordure de sa ville natale de Scranton, dans l'État-clé de Pennsylvanie, que le candidat démocrate à la Maison-Blanche remontera sur le ring des questions en direct, à moins de 50 jours de la présidentielle américaine du 3 novembre.  

Joe Biden, 77 ans, mène de loin dans les sondages nationaux, mais l'écart est plus serré et rien n'est fait dans une demi-douzaine d'États pivots, qui font en réalité les élections américaines en basculant d'un parti à l'autre. 

Connu pour ses gaffes, moqué par son rival républicain, qui le surnomme «Joe l'endormi», pour sa petite forme supposée, il sera scruté de près à l'heure de plus grande audience.

Pour l'ancien vice-président, à la vie marquée par les tragédies, les «town halls» sont aussi l'occasion de montrer son empathie, qui n'est pas le point fort de Donald Trump, 74 ans. 

AFP

Sauf qu'à cause de la pandémie, le format télévisé devrait offrir de curieuses scènes. Rassemblées en plein air sur un stationnement de la bourgade de Moosic, c'est en mode «drive-in» que quelque 100 personnes participeront à l'émission. 

Installées dans 35 voitures, elles feront face à la scène depuis laquelle Joe Biden répondra à leurs questions. Il s'agit de respecter les normes de distanciation physique, alors que les rassemblements sont limités à 250 personnes en Pennsylvanie.

C'est dans ce même État de l'Est américain, qu'il avait remporté de peu face à Hillary Clinton en 2016, que Donald Trump s'est prêté à l'exercice mardi, sur la chaîne ABC. 

Pendant 90 minutes en «prime time», il a répondu aux questions parfois sans ménagement du public et du journaliste. Et à cette occasion affirmé qu'un vaccin contre la COVID-19 pourrait être disponible aux États-Unis d'ici un mois. 

Un calendrier mis en doute par son équipe d'experts et par Joe Biden, qui dit ne pas faire «confiance» au président. 

Avec près de 200 000 morts et plus de six millions de cas, la pandémie continue de frapper les États-Unis et a mis son économie à genoux. Et Joe Biden a fait de la gestion de crise de son rival son grand argument de campagne.

«Éducation patriotique» 

«La première responsabilité d'un président est de protéger le peuple américain et il ne le fait pas», a lancé l'ancien vice-président mardi, lors d'un discours télévisé devant une poignée de journalistes. 

Contrairement au milliardaire républicain, il respecte scrupuleusement les normes de distanciation physique. En brandissant cette consigne, l'équipe du démocrate n'a jusqu'ici pratiquement organisé aucune rencontre spontanée avec des électeurs, à l'exception de quelques interactions dans la rue. 

La pandémie éclipse tous les sujets de la campagne, mais son impact sur l'économie n'est pas aussi désavantageux pour le milliardaire républicain que certains démocrates espéraient.

S'il est à la traîne sur les sondages, les électeurs continuent de lui faire plus confiance qu'à Joe Biden sur ce sujet. 

Fidèle au même angle d'attaque depuis plusieurs semaines, Donald Trump a dénoncé, depuis Washington, les «assauts» contre les forces de l'ordre d'une «gauche» qui met selon en lui en péril les fondements même de la démocratie américaine.

«Les émeutes et le chaos sont le résultat direct de décennies d'endoctrinement de la gauche dans nos écoles», a-t-il lancé, appelant à «rétablir l'éducation patriotique».

Le milliardaire républicain devrait participer dans la soirée à un rassemblement en plein air devant des centaines de partisans survoltés dans le Wisconsin, un autre État-clé.

Après la Floride mardi, Joe Biden sera vendredi dans le Minnesota, un État que Donald Trump avait failli remporter en 2016 après des décennies de vote démocrate. 

Signe que ses électeurs sont cette fois très courtisés, le républicain y sera aussi, le même jour, avant la Caroline du Nord samedi et l'Ohio lundi. 

Leurs «lieutenants» ne sont pas en reste: le vice-président Mike Pence est attendu jeudi dans le New Hampshire et la candidate démocrate à la vice-présidence Kamala Harris se trouve aussi en Pennsylvanie, dans sa plus grande ville, Philadelphie.