/news/coronavirus

Des écoles pourraient fermer en zone rouge, prévient le ministre Roberge

Daphnée Dion-Viens | Le Journal de Montréal

Des écoles complètes pourraient fermer temporairement si des régions du Québec devaient basculer en zone rouge, soit le niveau d’alerte maximale liée à la crise sanitaire, prévient le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. 

• À lire aussi: La Capitale-Nationale «frôle la ligne» du niveau d’alerte orange

«En zone rouge, il est possible à l’intérieur de la zone que les experts demandent une fermeture temporaire de certaines écoles», a affirmé le ministre Roberge, en marge d’un point de presse à Québec jeudi. 

Or il n’agirait pas d’une mesure «mur à mur» mise automatiquement en place dans l’ensemble de la région touchée, a précisé M. Roberge. 

«En regardant la situation épidémiologique de chaque école, la santé publique pourrait demander la fermeture d’écoles complètes, mais pas nécessairement de toutes les écoles», a-t-il ajouté. 

Dans ce cas, les écoles seront en mesure d’offrir de l’enseignement à distance aux élèves, comme c’est le cas depuis le début de la rentrée lorsque des élèves d’un groupe complet sont placés en isolement préventif à la maison. 

Au cours des derniers jours, le gouvernement Legault a été pressé d’indiquer clairement quelles mesures seront mises en place si des régions devaient basculer en zone orange ou en zone rouge, selon le système régional d’alerte mis en place par Québec. 

Huit régions sont présentement en zone jaune, mais certaines d’entre elles – Québec, Montréal et le Bas-Saint-Laurent – risquent de basculer en zone orange si le nombre d’infections à la COVID-19 ne diminue pas au cours des prochains jours. 

En zone orange, les élèves devront à nouveau fréquenter uniquement les camarades de classe de leur groupe fermé, comme c’était le cas à la rentrée, alors qu’ils peuvent présentement interagir avec des jeunes provenant de deux autres bulles-classes lors d’activités sportives ou parascolaires.