/news/politics

La pandémie pourrait favoriser la réélection de plusieurs maires

Jean-Luc Lavallée | Journal de Québec

Bloc vote élection élections

Photo Adobe Stock

Le contexte de pandémie et la quête de stabilité de nombreux citoyens risquent de favoriser la réélection d’une forte majorité de maires et mairesses au Québec, en 2021, croit le sondeur Jean-Marc Léger.

Si la tendance se maintient, pour reprendre la célèbre formule, de nombreux élus municipaux pourraient surfer sur la vague de satisfaction généralisée quant à leur gestion de la crise sanitaire.

Pas moins de 73% des quelque 3000 Québécois sondés en septembre par la firme Léger se disent satisfaits des services offerts dans leurs municipalités malgré les coupes et les interruptions de services des derniers mois.

Les citoyens ont su faire la part des choses et n’en tiennent pas rigueur aux villes, observe-t-on.

Il s’agit même d’une note supérieure à celle de 2018, apprend-on dans la plus récente version de «l’Indicateur municipal» de Léger, un outil offert aux villes depuis plus de 20 ans pour leur permettre de se comparer et de s’améliorer.

Précisons d’emblée qu’il s’agit d’une moyenne provinciale, à plus d’un an du scrutin général.

Les résultats pour chaque municipalité n’ont pas été dévoilés et le taux de satisfaction à l’égard des villes de plus de 150 000 habitants (7,1 sur 10) est un peu plus bas, a-t-on souligné. Cela dit, de façon générale, il y a clairement une «tendance à la réélection», a résumé M. Léger lors d’une présentation en ligne, hier.

«Dans une période comme celle-ci, où les gens ont des craintes importantes et où ils sont satisfaits des services, les gens veulent maintenir les acquis. Ça veut dire que la majorité des maires vont être réélus», a déclaré M. Léger en s’adressant directement aux politiciens qui étaient à l’écoute sur le web.

«Vous avez le vent dans le dos»

«Aux dernières élections de 2017, il y a 141 maires qui ont été battus. Cette année, la dynamique est inversée. Oui, la pandémie est dure, mais vous avez le vent dans le dos. Les gens sont prêts à vous écouter si vous touchez aux bonnes cordes sensibles», a-t-il ajouté, invitant les élus municipaux à se consacrer à la relance économique, priorité d’un Québécois sur deux dans le coup de sonde.

De nombreuses villes ont toutefois des efforts importants à faire sur le plan des communications. «Oui, vous avez bien géré, mais au niveau des communications, ce n’est jamais assez; 52% de vos citoyens jugent que la Ville a mal communiqué ou pas assez» depuis le début de la crise sanitaire en mars, note M. Léger.

Autre donnée étonnante: 70% des propriétaires estiment que leur niveau de taxation est acceptable.

«Ça veut dire qu’il y a un certain espace pour la taxation, mais attention, ce n’est pas un chèque en blanc.»