/news/homepage

Le tueur de Moncton a fait une surdose en prison

Agence QMI

Carol Taylor/QMI Agency

L’auteur de la tuerie de Moncton, qui a abattu trois policiers en juin 2014 avant de tenir la ville en haleine pendant plus de 24 heures, a fait une surdose de drogue en prison et serait mal en point.

• À lire aussi: Tuerie en Nouvelle-Écosse: de rares précédents ces dernières années

• À lire aussi: Tuerie de Moncton: quatre policiers de la GRC veulent poursuivre leur employeur

Justin Bourque, qui était incarcéré à Renous au Nouveau-Brunswick, a dû être hospitalisé la semaine dernière après avoir consommé de manière excessive des substances, ont confié plusieurs personnes à Global News. 

Une source bien au fait de la situation a indiqué qu’une enquête était en cours à Renous afin de comprendre de quelle manière le meurtrier a obtenu la drogue. 

Cette même personne a fait savoir que le jeune homme, qui a été condamné à une peine d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération avant 75 ans, n’était «pas très en forme». 

Elle n’a toutefois pas précisé si cette surdose était considérée comme une tentative de suicide. 

Toujours selon ce que rapporte Global News, Bourque a été hospitalisé au pénitencier de Dorchester, un autre établissement du Nouveau-Brunswick plus à même de promulguer des soins. 

Le 4 juin 2014, Justin Bourque, alors âgé de 24 ans, avait fait feu vers cinq agents de la Gendarmerie royale canadienne (GRC) dans l’espoir de susciter une insurrection anti-gouvernementale. Trois ont perdu la vie et Bourque a pris la fuite, donnant lieu à chasse à l’homme qui a obligé une bonne partie de la population de Moncton à se barricader. 

Le tireur fou a finalement été arrêté 28 heures plus tard au terme d’un déploiement sans précédent. 

Il a toutefois été révélé par la suite que les policiers de la GRC de cette ville paisible du Nouveau-Brunswick n’étaient pas du tout préparés à faire face à ce genre d’événement.