/news/coronavirus

«On ne sait plus ce qu’on fait»

TVA Nouvelles

Parents et enseignants en ont soupé de mal comprendre les consignes sanitaires des autorités; ils veulent un message clair, affirme la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE).

• À lire aussi: Les cliniques de dépistage prises d'assaut

• À lire aussi: L'éducation des enfants dans le monde sous la menace de la COVID-19

Josée Scalabrini, présidente de la FSE, demande au gouvernement d’uniformiser sa façon de communiquer les mesures à prendre pour éviter la transmission de la COVID-19 dans les écoles.

«Il y a confusion dans les messages, et c’est ce qui irrite le plus le personnel et les parents. On ne sait plus ce qu’on fait et ce qu’on va faire», a déploré Josée Scalabrini en entrevue sur les ondes de LCN, jeudi.

«C’est géré par centre de services scolaires, a-t-elle ajouté. Ce que les gens souhaitent, c’est un message clair, que les directives soient les mêmes pour tout le monde.»

Pour justifier cette requête, la présidente de la FSE évoque notamment le décompte des écoles touchées par au moins un cas de coronavirus, dont la méthodologie a dû être ajustée par le ministère de la Santé la semaine dernière, ou encore les mesures à géométrie variable quant à l’isolement préventif des jeunes sur réception d’un résultat positif entre les murs d’un établissement donné.

«Est-ce que c’est la Santé publique, le Centre de services scolaires, ou la CNESST qui donne les consignes?», s’interroge-t-elle

«Si c’est au ministre de l’Éducation de le faire, qu’il se lève et qu’il le fasse. Si c’est à la Santé publique de le faire, qu’elle se lève et qu’elle le fasse», argumente-t-elle.

Le PLQ demande des cliniques mobiles dans les écoles   

L’opposition officielle abonde dans le sens de la FSE : il faut aider les parents, dit Marie Montpetit, députée libérale de Maurice-Richard.

«On a relancé le gouvernement à plusieurs reprises au moins d’août : il fallait s’assurer que les protocoles soient vraiment clairs, a relaté la critique en santé du PLQ à l’émission Le Québec matin. Ce qu’on demande, c’est d’avoir des cliniques mobiles dans les écoles pour que le dépistage se fasse plus rapidement.»

En date de mardi, près de 240 écoles du Québec rapportaient au moins un cas de COVID-19.

Les informations présentées dans le rapport de la santé publique proviennent d’une collecte de données réalisée par le ministère de l’Éducation auprès des 72 centres de services scolaires et commissions, et des 260 écoles privées de la province, rassemblant un total d’environ 2685 établissements préscolaires, primaires et secondaires.