/news/coronavirus

Pas de services de garde d'urgence pour les «anges gardiens»

Agence QMI

Bloc santé infirmière

Photo Adobe stock

La majorité des demandeurs d’asile qui ont travaillé dans les services essentiels au Québec pendant la pandémie de la COVID-19 n’ont pu bénéficier des services de garde d’urgence mis en place par le gouvernement.

• À lire aussi: Des préposés craignent d’être bernés

• À lire aussi: Une future préposée jette l’éponge : «Ça va à l’encontre de mes valeurs!»

C’est ce qu’a fait savoir jeudi la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI).

Après avoir interrogé 400 personnes dans cette situation, la TCRI constate que 93 % des parents interrogés qui ont voulu inscrire leurs enfants aux services de garde d’urgence se sont fait refuser l’accès en raison de leur statut.

Ils y avaient pourtant droit pendant la crise de la COVID-19, déplore la Table, qui regroupe 153 organismes œuvrant auprès des personnes réfugiées, immigrantes et sans statut.

De plus, parmi ceux qui ont ressenti des symptômes de la COVID-19, 64 % ont dit avoir eu des difficultés à obtenir des soins de santé. Environ 56 % ayant ressenti des symptômes liés au virus ont pu se faire dépister.

Pour la seconde vague, la TCRI demande aux gouvernements d’accélérer la régularisation du statut de tous les travailleurs essentiels demandeurs d’asile et de favoriser leur accès aux services.

«De nombreux travailleurs essentiels ont mis leur santé ainsi que celle de leur famille en péril au plus fort de la crise sanitaire, mais sans recevoir en retour le soutien et les services nécessaires pour leur assurer des conditions de vie sécuritaires et saines», a soutenu par communiqué Lida Aghasi, coprésidente de la TCRI.

Elle plaide pour que les «gouvernements agissent rapidement pour leur assurer des services publics adéquats» et qu'ils accélèrent la mise en œuvre du programme de régularisation annoncé en août dernier.

La TCRI souhaite aussi que Québec permette aux demandeurs d'asile de bénéficier des services de garde subventionnés et des services d'accueil et établissement dispensés par les organismes communautaires ainsi que des cours de francisation à temps complet dispensés par le ministère de l'Immigration, entre autres.