/news/currentevents

Une année particulièrement meurtrière pour les enfants

Cédérick Caron | Journal de Montréal

FD-FILLETTE-INANIMEE-PISCINE-LEADNoyan

Photo d'archives

Quatorze enfants et adolescents ont perdu la vie dans l’eau depuis le début 2020 en faisant ainsi l’une des années les plus funestes depuis presque 10 ans pour les jeunes.

• À lire aussi: Noyade d'un bébé: «Ça hurlait dans la maison, je les entends encore crier»

• À lire aussi: Une fillette de 4 ans et son père se noient dans la rivière Rouge

• À lire aussi: Photos fatales trop près de l’eau

Depuis le 16 mars dernier, 14 personnes de moins de 18 ans sont mortes en lien avec l’eau, dont 12 petites victimes qui n’avaient même pas encore 4 ans. 

«Il faut remonter jusqu’en 2012 pour voir des données presque aussi dramatiques», précise le directeur général de la Société de sauvetage du Québec, Raynald Hawkins. 

Du côté de l’Hôpital Sainte-Justine, spécialisé en pédiatrie, on confirme aussi avoir observé une hausse de ce type d’accident au cours de l’année. 

Sans identifier une cause précise qui explique cette situation, M. Hawkins rappelle qu’au fil des ans, la Société de sauvetage a pu constater que dans 85% des noyades d’enfants de 5 ans et moins, la supervision de la jeune victime était inadéquate ou inexistante. 

«Je ne peux pas me prononcer sur ces cas-ci, car les enquêtes nous le diront, mais dans un sondage que nous avons réalisé ce printemps, nous avons été surpris de constater que les gens sous-estimaient les risques du télétravail ou de faire une autre activité comme du jardinage quand ils supervisent la baignade», fait remarquer M. Hawkins. 

Chaleur et COVID

Selon lui, la chaleur et le fait que les Québécois n’ont pas pu sortir du pays pour les vacances en raison de la pandémie de COVID-19 peuvent avoir joué un rôle aussi dans le bilan de 2020 qui n’est pas terminé.

«Quand les étés sont plus chauds comme cette année, on voit une augmentation de noyades», constate M. Hawkins. 

«Aussi, on remarque que les vendeurs de piscines et d’embarcations nautiques ont eu une saison record. Les gens ont probablement eu accès à l’eau davantage», poursuit-il. 

Si, pour le moment, les 79 décès liés à l’eau par la Société de sauvetage s’apparentent à la moyenne annuelle d’années précédentes, M. Hawkins tient à rappeler que l’année n’est pas terminée. 

«Ils annoncent chaud cet automne. Les gens vont continuer à pêcher et à profiter de leurs différentes embarcations. Il faut demeurer prudent», conclut-il en invitant les gens à porter leur veste de flottaison, puisque dans 8 noyades sur 10 au Québec, la victime n’en portait pas. 

Le bilan des années 2018, 2019 et 2020 de la Société de sauvetage du Québec se base sur les décès répertoriés dans les médias. Le chiffre pourrait être revu à la hausse, dans deux ans, quand l’organisme aura pu consulter l’ensemble des rapports de coroners. 

Décès liés à l’eau  

Chez les 17 ans et moins

2020* : 14

▶ (12 victimes de 5 ans et moins)

2019 : 9 

▶ (6 victimes de 5 ans et moins)

2018 : 9 

▶ (1 victime de 5 ans et moins)

2012 : 12 

▶ (9 victimes de 5 ans et moins)

Nombre total de victimes 

  • 2020 * : 79 
  • 2019 : 58 
  • 2018 : 57 
  • 2017 : 98 
  • 2016 : 82 
  • 2015 : 67 
  • 2014 : 77 
  • 2013 : 72 
  • 2012 : 90   

*Entre le 1er janvier et le 16 septembre 2020.