/regional/montreal/laval

Des tests salivaires déjà utilisés au Québec

TVA Nouvelles

Plus rapides et moins désagréables, des tests salivaires de dépistage de la COVID-19 sont déjà utilisés au Québec.

• À lire aussi: Feu vert aux tests salivaires en cas de symptômes en France

• À lire aussi: Les tests salivaires ralentis par la bureaucratie, dit Amir Khadir

C’est notamment le cas à Laval où le CISSS les utilise pour certains patients ou certains employés.

Outre le côté moins invasif et plus rapide, ce test ne nécessite pas la mobilisation de trop de personnel médical.

«Le principal avantage, je dirais, c’est que ça nous permet d’éviter d’utiliser du précieux personnel. On entend beaucoup parler qu’il manque du personnel, et bien ce personnel-là on peut l’utiliser pour autre chose», a précisé le Dr Olivier Haeck, médecin et officier de la prévention des infections au CISSS de Laval.

L’implantation de ces tests salivaires, approuvés par Santé Canada, pourrait se faire progressivement dans les prochaines semaines selon le Dr Haeck.

«Beaucoup d’autres endroits que Laval travaillent à mettre ce genre de tests en place.»

Le médecin précise que si le test se fait rapidement, il prend le même temps à être analysé en laboratoire.

Les tests salivaires permettent de déceler la présence du matériel génétique du coronavirus à partir d'un simple prélèvement de salive. 

C'est une démarche plus facile, plus rapide et moins désagréable que le prélèvement actuel de référence (RT-PCR), qui nécessite qu'on introduise profondément un long écouvillon dans le nez de la personne.

- avec l'AFP