/news/coronavirus

Israël reconfine, des pays européens durcissent les mesures sanitaires

Agence France-Presse

Plusieurs pays d'Europe, dont l'Espagne, la France et le Royaume-Uni, durcissaient vendredi leurs mesures pour enrayer une nouvelle vague de la pandémie de coronavirus, au moment où un second confinement généralisé entrait en vigueur en Israël.

• À lire aussi: Niveau «alarmant» de transmission en Europe

• À lire aussi: Le reconfinement, dernier recours britannique

• À lire aussi: Recrudescence de la COVID : Reykjavik ferme ses bars

En Espagne, la région de Madrid a imposé des restrictions drastiques pour tenter d'enrayer l'épidémie. 858 000 personnes, soit 13% de la population de la capitale, habitant dans les quartiers sud défavorisés, ne peuvent sortir de leur quartier que pour des raisons de première nécessité comme aller travailler, aller chez le médecin ou amener leurs enfants à l'école.

Ils peuvent, en revanche, se déplacer librement au sein de ce quartier. De la même manière, l'entrée dans ces zones, sauf pour ces raisons de première nécessité, est interdite.

«Il faut éviter l'état d'alerte» imposé au printemps par le gouvernement central et qui aurait eu pour conséquence d'empêcher tout mouvement, ainsi que «le confinement et le désastre économique», a insisté la présidente de la région, Isabel Diaz Ayuso.

Soumise au printemps à l'un des confinements les plus stricts au monde, l'Espagne, avec plus de 30 400 morts, a vu depuis juillet l'épidémie repartir au galop, jusqu'à devenir le pays ayant le nombre de cas rapporté à sa population le plus élevé de l'UE.

Mécontentement en Israël  

Premier pays développé à imposer une telle mesure, Israël s'est reconfiné vendredi, au premier jour de la saison des fêtes juives, provoquant le mécontentement d'une grande partie de la population.

«Le système de santé a levé le drapeau rouge», a déclaré le premier ministre, Benjamin Netanyahu, pour justifier ce confinement de trois semaines, qui coïncidera avec les fêtes juives de Rosh Hashana (Nouvel An, célébré ce weekend), Yom Kippour (jour du pardon) et Souccot (fêtes des cabanes).

Mais cette mesure est davantage contestée que lors de la première vague de l'épidémie au printemps. «Le confinement est injustifié», a lancé Tamir Hefetz, organisateur d'une manifestation qui a rassemblé 400 personnes à Tel Aviv jeudi soir. «Il nuit à la population et à l'économie, engendre du chômage et des suicides».

Pays de neuf millions d'habitants, Israël a enregistré 1163 décès dus au coronavirus. Entre jeudi soir et vendredi midi, 5238 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés, un record.

Alors que commencent les fêtes juives, les autorités religieuses juives françaises ont appelé les fidèles à la plus grande prudence.

Plus de 30 millions de cas de Covid-19, dont plus de 946 000 décès, ont été officiellement recensés dans le monde, selon un comptage réalisé vendredi par l'AFP.

Avec 197 655 décès, les États-Unis sont de loin le pays le plus endeuillé, devant le Brésil (134 935 morts) et l'Inde (84 372 morts). Ces trois pays regroupent plus de la moitié des malades comptabilisés dans le monde.

Pas de feu d'artifice à Londres  

En Europe, où le nombre de nouveaux cas est désormais supérieur à ceux enregistrés en mars et avril, le niveau de transmission est jugé «alarmant» par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et conduit les autorités de plusieurs pays à resserrer la vis.

De nouvelles restrictions sont entrées en vigueur vendredi dans le nord-est de l'Angleterre, concernant deux millions de personnes: les rencontres entre personnes de différents foyers sont interdites, un couvre-feu est appliqué de 22 h à 5 h dans les lieux de divertissement.

Le gouvernement britannique n'exclut pas de recourir à un nouveau confinement général pour toute l'Angleterre, si les mesures locales ne suffisent pas. Les cas quotidiens ont dépassé les 3000 depuis plusieurs jours au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d'Europe avec près de 41 700 morts.

Le maire de Londres Sadiq Khan a d'ores et déjà annoncé l'annulation du feu d'artifice du Nouvel An dans la capitale britannique.

La République tchèque a imposé vendredi le port du masque en classe aux étudiants et élèves de plus de onze ans. Avec un nombre record de 3130 nouveaux cas jeudi, elle atteint en 24 heures un chiffre comparable à l'ensemble du mois de mars.

En France, la ville de Nice a décidé d'interdire les rassemblements en extérieur à plus de dix personnes, et en région parisienne les réunions privées en intérieur ne pourront non plus rassembler plus de dix personnes.

Pour la première fois depuis la fin du confinement, le nombre de morts a augmenté en France, passant à 265 morts contre 129 la semaine précédente.

À dix jours de son coup d'envoi, exceptionnellement à l'automne, le tournoi parisien de tennis de Roland-Garros ne recevra que 11 500 spectateurs quotidiens, contre plus de 40 000 habituellement.

En Islande, les bars et discothèques de la capitale Reykjavik, confrontée à une recrudescence de nouveaux cas, garderont porte close pendant quatre jours à compter de vendredi.

Signe que les fêtes privées sont un des principaux vecteurs de contagion, le petit État américain du Maine a connu un événement «ultrapropagateur» de la Covid-19. Les «traceurs de contact» ont pu faire remonter à un mariage, auquel ont assisté 65 personnes le 7 août, 177 personnes infectées et sept morts, dont aucun n'avait pourtant assisté à l'événement.

Et c'est devant une salle vide que l'humoriste Jimmy Kimmel présentera dimanche soir à Los Angeles les Emmy Awards, équivalent des Oscars pour la télévision américaine, lors d'un spectacle 100 % virtuel, tandis que les heureux vainqueurs accepteront leur prestigieuse récompense depuis le confort de leur salon ou de leur chambre.

Dans la même catégorie