/news/law

L’ex-DG du Musée des beaux-arts de Montréal lance une poursuite de 2 M$

Jean-Louis Fortin | Journal de Montréal

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

L’ex-directrice générale du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), Nathalie Bondil, poursuit pour 2 M$ les membres du Conseil d’administration du Musée suite à son congédiement controversé survenu en juillet. 

• À lire aussi: Michel de la Chenelière renonce à la présidence du CA du Musée des beaux-arts de Montréal

• À lire aussi: Congédiement de Nathalie Bondil : la saga continue

• À lire aussi: La saga du Musée des beaux-arts devant les tribunaux

Dans une requête déposée vendredi en Cour supérieure, Mme Bondil allègue que le président du CA Michel de la Chenelière et les 20 autres administrateurs ont mené «intentionnellement une campagne de salissage et de destruction de (sa) réputation».

Elle qualifie leur conduite d’«abusive, illégale et fautive».

L’ex-directrice estime que sa réputation «bâtie à travers des décennies d’efforts et de réalisations» a été «détruite» suite à son congédiement. Elle s’en prend particulièrement à Michel de la Chenelière, qu’elle accuse de l’avoir évincée entre autres parce qu’elle s’opposait à la nomination de Mary-Dailey Desmarais comme directrice de la conservation.

Nathalie Bondil a été remerciée de ses fonctions le 13 juillet. Dans un communiqué, le MBAM faisait alors référence à un climat de travail «toxique». L’institution affirmait que sa directrice générale avait été incapable de résoudre la situation et que les allégations de harcèlement psychologique, qui ne visent pas Mme Bondil, persistaient.

Le lendemain, notre Bureau d’enquête a révélé que Mme Bondil avait pourtant été informée par Michel de la Chenelière, fin juin, que son mandat serait renouvelé.

Il quitte la présidence

La guerre entre la directrice générale et le président du CA a fait couler beaucoup d’encre sur la place publique. Plusieurs personnalités, dont l’ex-ministre Monique Jérôme-Forget, ainsi que André Desmarais et France Chrétien Desmarais, ont pris publiquement la défense de Nathalie Bondil.

La ministre de la Culture Nathalie Roy a demandé une enquête externe sur le climat de travail au Musée. Québec fournit 16M$ de fonds publics chaque année au musée, soit 46% du budget de l’institution.

Au moment où la poursuite était déposée vendredi, le MBAM a annoncé que M de la Chenelière quitterait son poste de président du CA le 29 septembre. M. de la Chenelière avait pourtant exprimé le souhait que son mandat soit renouvelé.

«Je choisis de quitter la présidence de ce musée que j’aime profondément de manière à lui permettre de véritablement entrer dans une nouvelle ère de développement», a-t-il déclaré.

Le MBAM a choisi l’homme d’affaire et mécène Pierre Bourgie pour lui succéder. Siégeant déjà sur le Conseil depuis une dizaine d’années, il entrera en poste après l’assemblée publique du CA du 29 septembre.

M. Bourgie avait publiquement appuyé Michel de la Chenelière dans la saga du congédiement de Nathalie Bondil, cet été.

Dans la même catégorie