/news/coronavirus

Une école pour les arbitres malgré la COVID-19

Jean Houle | TVA Nouvelles

Si les jeunes joueurs du hockey mineur attendent leur saison avec impatience, c'est le cas aussi des arbitres.

Une quarantaine d'entre eux retrouveront la glace samedi, à Saguenay, à la suite d'une initiative de l'arbitre de la Ligue nationale de hockey (LNH) Justin St-Pierre.

L'arbitre originaire d'Albanel, au Lac-Saint-Jean, dirige son école d'arbitres depuis deux ans. La crise sanitaire aurait pu mettre l'école en punition cet été, mais St-Pierre en a décidé autrement.

«C'était important pour moi de le faire, a-t-il dit vendredi à TVA Nouvelles. Au début, on pensait annuler tout simplement, mais les directives sanitaires ont été assouplies.»

Les deux premières éditions s'étaient tenues sur un week-end, à 200 $ l'inscription.

Cette fois, une quarantaine de jeunes arbitres de la région, au maximum 50, sauteront gratuitement sur la glace de l'aréna du Plateau, à Saguenay. L'Association du hockey mineur et l'Association des arbitres du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont collaboré.

«Les arbitres n'ont pas patiné depuis le mois de mars, dans bien des cas. Le début de saison est aussi incertain. Je trouve important que les jeunes retrouvent la sensation de la glace. Ce n'est pas tout le monde qui peut louer une heure de glace pour patiner», a indiqué M. St-Pierre.

Pour respecter les directives sanitaires, les groupes seront plus petits, en alternance sur la patinoire et en session théorique. Les participants porteront évidemment le masque.

Justin St-Pierre accordera lui-même une attention particulière aux élèves les plus jeunes. Il leur enseignera l'importance de demeurer concentré malgré les critiques.

«Je joue à la balle-molle l'été et, moi-même, je crie après les arbitres, a-t-il avoué. C'est important de réaliser que ce n'est pas la personne qui est critiquée, c'est le chandail. Dès que tu enfiles un chandail rayé, tu vas te faire critiquer. Je ne veux pas que les jeunes se découragent.»

L'arbitre qui a travaillé dans son millième match dans la LNH en février dernier ignore quand il pourra lui-même reprendre le travail. Il attend les décisions des dirigeants.