/news/culture

Klaxons pour le concert de Deadmau5 à Montréal

Alex Proteau | 24 Heures

Spectacle de Deadmau5  à Montréal,Québec, Canada. Le samedi   19 septembre, 2020.
Sur cette photo: Deadmau5

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Spectacle de Deadmau5 à Montréal,Québec, Canada. Le samedi 19 septembre, 2020. Sur cette photo: Deadmau5 MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Oui, il est tout à fait normal d’avoir entendu des bruits de klaxons à répétition vendredi et samedi soir près de la jonction de l’autoroute 15 et 40 : le célèbre producteur de musique électronique Deadmau5 était de passage vendredi au théâtre Royalmount à Montréal pour une prestation extérieure en mode cinéparc devant une foule de voitures.

• À lire aussi: De musicien à préposé aux bénéficiaires

• À lire aussi: «La Voix» : Charles Lafortune, fébrile et excité

Celui qui se distingue par son casque iconique en forme de tête de souris a performé pendant un peu plus de deux heures les deux soirs. Les amateurs ont pu découvrir ses nouvelles productions telles «Monophobia» et de réentendre ses classiques tels «Strobe», «Aural Psynapse» et «Ghost N Stuff» qui l’ont fait connaitre aux quatre coins de la planète.

Des règles strictes étaient à suivre. Les festivaliers à l’ère de la COVID-19 ne pouvaient aller danser avec les autres passagers d’autres véhicules. Ils pouvaient sortir du véhicule, mais devaient porter le masque en tout temps. 

Et contrairement au festival tel qu’on les connait, la vente d’alcool était strictement interdite. Une équipe de sécurité s’assurait d’assigner les véhicules à leurs places respectives.

La prestation permettait tout de même aux danseurs d’avoir du plaisir. C’est le cas de Jason Goettler, qui a conduit de Kingston en Ontario pour y assister. 

«C’est mieux qu’un concert régulier. On peut s’asseoir tout le temps. Tu es dans ta zone, tu n’es pas accroché tout le temps. Il n’y a personne qui agit comme un con devant toi», a-t-il décrit.

Rappelons que Deadmau5 devait faire danser les foules au festival ÎleSoniq au parc Jean-Drapeau en août dernier. L’événement a été annulé en raison de la pandémie.

Evenko, les artisans derrière le spectacle et ÎleSoniq, croit qu’il est possible de refaire revivre cette expérience aux amateurs. La représentation de vendredi affichait presque complet samedi, alors que la capacité maximale de 250 véhicules a été atteinte la veille.

«On s’est rendu compte que les gens avaient vraiment hâte de voir des spectacles en vrai et de vivre au même rythme qu’un spectacle sur scène», a noté la gestionnaire des relations avec les médias chez Evenko, Christine Montreuil.