/finance/homepage

Offre d’achat non sollicitée: des maires apportent leur soutien à Cogeco

Agence QMI

Photo d'archives, AGENCE QMI

Les maires de Trois-Rivières et de Burlington, en Ontario, appuient publiquement Cogeco qui fait l’objet d’une offre d’achat non sollicitée de Rogers Communications et du géant Altice USA.

• À lire aussi: Offre de Rogers et Altice: «tactiques de mauvaise foi», déplore Cogeco

• À lire aussi: Cogeco: Altice et Rogers n’ont pas dit leur dernier mot

• À lire aussi: Cogeco chute en Bourse après le refus de la famille Audet

Les deux villes sont celles qui accueillent les sièges sociaux opérationnels de Cogeco et de Cogeco Communications au Canada.

À Trois-Rivières, le maire et l’ensemble des élus ont tenu à apporter leur appui à l’entreprise québécoise. Dans un communiqué publié vendredi, ils ont affirmé «l’importance de ce citoyen corporatif d’exception» pour la région.

Ils ont d’ailleurs envoyé une lettre au ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et de l'Industrie, Navdeep Bains, pour dénoncer «la stratégie de Rogers qui conjointement avec Altice [...] s’est faite insistante afin de prendre le contrôle de l’entreprise trifluvienne Cogeco».

Les élus demandent aussi au ministre Bains son «appui sans réserve» pour que la volonté de Cogeco de poursuivre ses activités soit respectée.

À Burlington, la mairesse, Marianne Meed Ward, a rappelé le rôle de Cogeco dans la création de la main-d'œuvre locale. Elle a soutenu avoir eu une discussion avec Louis Audet, le représentant de la famille Audet qui contrôle l'entreprise.

Ce dernier lui a assuré que l’entreprise n’avait pas l’intention de vendre et il a soutenu que la famille souhaite poursuivre «son héritage de longue date en matière de connectivité aux communautés qu’elle dessert».

La chambre de commerce de Burlington a aussi fait part, vendredi, de son «plein appui» à Cogeco et à la famille Audet, tout comme le maire d’Oakville, Rob Burton, ou celui d’Hamilton, Drew Redden, ainsi que les chambres de commerce respectives de ces deux régions.

Pour rappel, la famille Audet s'est fait offrir 800 millions $ pour l'achat de ses actions de contrôle qui aurait permis à Rogers et à Altice de mettre la main sur Cogeco dans une transaction évaluée à environ 10,3 milliards $.

Cette proposition a été rejetée à peine quelques heures plus tard, mais les deux entreprises partenaires ont laissé entendre qu'elles ne jetteraient pas l'éponge aussi facilement.

Dans la même catégorie