/news/currentevents

Policier sans masque : une intervention tourne à l’engueulade

TVA Nouvelles

Une vidéo montrant une altercation entre un policier de la Sûreté du Québec (SQ) qui ne porte pas de masque et un automobiliste, qui circule grandement dans les réseaux sociaux, soulève de nombreuses réactions. 

• À lire aussi: Une intervention dans les règles de l’art, dit la SQ

Le conducteur d’un véhicule arrêté mercredi après-midi en bordure de l'autoroute Félix-Leclerc, dans la région de Québec, a filmé l’intervention d’un policier qui s’approchait pour lui parler sans porter de couvre-visage.

Dans la vidéo, on peut entendre le policier demander à l’homme de cesser de le filmer. 

«Je suis policier de la Sûreté du Québec, si vous ne fermez pas tout de suite votre téléphone, je vous accuse d’intimidation», prévient-il. 

Le conducteur de l’automobile, qui filme la scène avec son cellulaire, lui demande alors de reculer. 

«Moi je te dis que tu vas reculer, t’as pas ton masque, ok, pis tu peux me contaminer, pis si tu me contamines, tu vas être accusé de meurtre au deuxième degré», lance-t-il au policier. 

Un peu plus tard, l’homme sort de son véhicule en continuant de filmer. L’agent sort de la voiture-patrouille et lui demande de retourner dans son véhicule. 

«Vous êtes en infraction, remontez dans votre véhicule», exige l’agent de la SQ tout en s’approchant de l’homme. 

«Approche-moi pas, t’as peut-être le virus. APPROCHE-MOI PAS! LÉGITIME DÉFENSE TAB***C. T’as peut-être le virus, tu mets ma vie en danger», crie alors l’homme en s’éloignant. 

Le masque chez les policiers   

Les policiers n’ont pas l’obligation de porter un masque lors d’une intervention de courte durée, même s’ils se trouvent à moins de deux mètres d’une autre personne. 

«Une intervention brève (moins de 15 min.) à moins de deux mètres, avec une personne, ne nécessite pas de mesures supplémentaires (p. ex. : constat de vitesse)», peut-on lire dans un document destiné aux policiers publié par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Accusations    

L’individu qui a fait l’objet de l’intervention et qui a publié la vidéo sur les réseaux sociaux s’expose à des accusations telles que voies de fait, menaces de mort et incitation à la violence envers un policier. 

«Autant le policier aura à justifier ses actions, pourquoi il n’a pas porté le masque, il y a des raisons à ça, mais autant le citoyen ne peut pas tout faire et tout dire à la police», explique Roger Ferland, ex-enquêteur du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). 

Ce dernier ajoute que les personnes qui commentent la publication sur les réseaux sociaux en rédigeant des menaces envers les policiers s’exposent également à des accusations criminelles. 

Un porte-parole de la Sûreté du Québec a indiqué qu'ils étaient saisis de l'affaire et évaluait la possibilité de la porter en justice.