/news/coronavirus

Québec doit mieux protéger les travailleuses enceintes, réclame un syndicat

Agence QMI

Grossesse

PierreArt - stock.adobe.com

Les travailleuses enceintes, qui sont à risque avec la COVID-19, doivent être mieux protégées par le gouvernement Legault.

• À lire aussi: Plus de 800 nouvelles infections au Canada

• À lire aussi: Plus de 400 nouveaux cas au Québec

C’est ce que demande la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) après la publication de deux études des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, l’agence fédérale de santé publique aux États-Unis.

Elles font notamment état de risques accrus de naissance prématurée ainsi que d'admission des nouveau-nés en néonatalogie pour des femmes enceintes ayant contracté la COVID-19.

C’est pourquoi la CSQ a réitéré samedi sa demande pour que le gouvernement Legault resserre les critères de santé et de sécurité au travail afin d’éviter aux travailleuses enceintes d'être inutilement exposées aux risques liés à la COVID-19, particulièrement dans le réseau de l'éducation au Québec.

La centrale soutient que des centres de services scolaires ont obligé des travailleuses enceintes à se présenter au travail dans les écoles.

«Dans les écoles et sur le terrain, il y a actuellement plus d'efforts à gérer la pénurie de personnel qu'à gérer la pandémie, a déploré la présidente de la CSQ, Sonia Ethier. Qu'est-ce que le gouvernement attend pour protéger les travailleuses enceintes?»