/news/currentevents

Une intervention dans les règles de l’art, dit la SQ

TVA Nouvelles

La Sûreté du Québec assure que l’intervention qui a dégénéré entre un de ses agents et un automobiliste a pourtant été menée dans les règles de l’art.

• À lire aussi: Policier sans masque : une intervention tourne à l’engueulade

Un policier a procédé à l’interpellation du conducteur en lien avec une infraction au code de la sécurité routière, mercredi, sur l’autoroute Félix-Leclerc à Québec.

Sur les images de la vidéo partagée sur Facebook, on peut voir le conducteur qui s’en prend au policier parce que celui-ci ne porte pas de couvre-visage. 

«Au départ lorsqu’il va remettre ses documents au policier, ça se déroule bien, il n’est jamais question du masque, il n’y a jamais de problème. Ce qu’on voit, c’est lors de la remise du constat, c’est à ce moment-là que l'individu va s’emporter et va devenir hystérique et que l’intervention va dégénérer» explique Guy Lapointe, porte-parole de la Sûreté du Québec. 

Selon les directives de la santé publique, les policiers n’ont pas besoin de porter le masque s’ils considèrent que l’intervention prendra 15 minutes ou moins, et ce, même s’ils ne respectent pas les deux mètres de distanciation.

L’agent Lapointe estime qu’une intervention au code de la sécurité routière prend généralement une dizaine de minutes. Il n’est toutefois pas en mesure de dire combien de temps cette intervention a pris. 

«Si ça dégénère, le policier va voir à assurer sa sécurité devant une personne agressive avant de regarder sa montre et mettre fin à l’intervention pour aller mettre un masque. La menace la plus grande c’est l’individu qui est agressif et non pas le risque potentiel d’attraper le virus», ajoute M. Lapointe.

La Sûreté du Québec considère que l’intervention s’est déroulée «dans les règles de l’art» et que les choses auraient pu être plus graves pour le conducteur.   

«Il est chanceux. Il aurait pu être arrêté, il aurait pu être accusé. Il s’en tire avec quelques constats», nuance M. Lapointe. 

À ceux qui se demandent pourquoi le policier n’est pas retourné mettre son masque pour tenter d’apaiser la situation, c’était une question de sécurité. 

«Le policier ne peut pas tourner le dos à un individu pour aller mettre un masque. Quand on a un individu qui est hors de contrôle comme ça, lui tourner le dos c’est la façon de se rendre le plus vulnérable possible. La menace la plus importante c’est l’individu», affirme le policier.

Il lance un message aux citoyens : lorsqu’un policier vous intercepte, vous devez obtempérer.

«COVID pas COVID, pandémie pas pandémie, lorsqu’un policier vous intercepte, vous êtes tenus de collaborer. Si vous pensez que le policier n’est pas intervenu de la façon qu’il aurait dû faire, vous pouvez porter plainte au commissaire à la déontologie policière. Sur le bord de la route, ce n’est jamais le bon moment», conclut-il.