/news/coronavirus

Des appareils de dépistage et de la formation réclamés dans Chaudière-Appalaches

TVA Nouvelles

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de Chaudière-Appalaches réclame des appareils de dépistage de la COVID-19 et de la formation pour accélérer les analyses de tests. 

L’ensemble des prélèvements réalisés dans Chaudière-Appalaches sont présentement analysés à Lévis. 

Les laboratoires de Saint-Georges, de Thetford Mines et de Montmagny doivent donc envoyer les échantillons à Lévis. Lorsque l’analyse est terminée, l’information est alors redirigée dans les différents secteurs de la région. 

Cette situation engorge le laboratoire de Lévis, selon l’APTS Chaudière-Appalaches, et occasionne une perte de temps et d’emplois. 

Le syndicat demande donc de nouveaux appareils, et la formation nécessaire à leur utilisation, ce qui permettrait de faire des analyses sur place, au moins pour les cas plus urgents comme les hospitalisations. 

«Ce n’est pas que les appareils qui doivent être reçus, il y a de la formation à donner aussi aux différents technologistes médicaux pour être capable de naviguer là-dedans», explique Jean-François Travers, représentant national d’APTS Chaudière-Appalaches. 

«On continue de déployer OPTILAB (un projet de réorganisation des laboratoires de biologie médicale, NDLR) d’une façon déraisonnable en pleine pandémie dans un contexte où ce n’est nullement le temps de naviguer là-dedans», ajoute-t-il. 

- D'après les informations de Pascale Robitaille