/regional/montreal/laurentides

Des taux de manganèse dans l'eau 10 fois plus élevés à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Stéphane Sinclair | Agence QMI

L’eau brune que des citoyens déplorent depuis plusieurs années à Sainte-Marthe-sur-le-Lac dans les Laurentides contient un taux de manganèse 10 fois plus élevé que le maximum recommandé par le gouvernement, selon une analyse.

• À lire aussi: Une eau brune qui fait sourciller les citoyens à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Une analyse d’eau réalisée le 2 septembre dernier démontre que le taux de manganèse atteignait cette journée-là 1.0117 mg/l alors que la recommandation gouvernementale établie par Santé Canada est d’un maximum de 0,12 mg/l.

«Au-delà de 12 mg/L, on parle de danger neurologique pour la santé et nos enfants», explique Mme Julie Pelletier.

La mère de famille de 4 enfants de 8, 9, 11 et 11 ans s’inquiète pour ses enfants.

L’analyse d’eau a été réalisée près de chez elle au CPE La Souris-Verte qui compte 80 enfants.

Des citoyens ont déboursé 50 $ pour réaliser la première analyse d'eau. Ces derniers ont lancé un financement social pour pouvoir trouver 1000 $ afin de réaliser 14 autres études sur le territoire de la municipalité. Les prochaines analyses seront plus poussées et vont viser plusieurs autres minéraux.

La mairesse de la municipalité, Sonia Paulus, a déclaré être consciente du problème et dit travailler activement pour le régler.

Cette dernière a expliqué qu’il y a naturellement du manganèse dans l’eau de puits de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Mme Paulus a affirmé que lorsque le débit d’eau est bas dans l’aqueduc, le métal s’accumule dans les tuyaux, et que lorsque le réseau est trop sollicité, la pression d’eau transporte cet excès de manganèse chez les citoyens.

«On travaille sur plusieurs solutions pour régler définitivement le problème. En attendant, nous devrions réaliser un rinçage de l’aqueduc sous peu, mais il y a des étapes à suivre», a déclaré la mairesse.

Un groupe de résidents a contacté Maryse Bouchard, professeur au département de santé environnemental et de santé au travail de l’Université de Montréal. Cette dernière leur a recommandé de ne pas boire l’eau.

PHOTO COURTOISIE

Depuis, plusieurs citoyens achètent de l'eau en bouteille et certains se sont acheté des filtres.

Sur les sites de Santé Canada et de l’Institut national de santé publique du Québec, on peut y lire que le manganèse présent dans l’eau potable peut affecter la parole, le comportement, la mémoire et la motricité.

Ghyslaine Corbeille a fait construire sa maison en 2008. La tuyauterie de sa maison était transparente. Or les tuyaux sont noirs depuis quelques années.

«Nous allons devoir remplacer la tuyauterie. On doit tout refaire. C’est beaucoup d’argent», a dit Mme Corbeil, qui habite sur la rue du Mistral.

Cette dernière s’inquiète surtout pour la santé de ses enfants.

«Ma fille est dyslexique. Trois autres enfants de mon entourage ont des problèmes neurologiques. Est-ce en lien avec la qualité de l’eau? J’aimerais ça qu’on compare les problèmes neurologiques chez les enfants de Sainte-Marthe-sur-le-Lac avec ceux d’autres municipalités», a conclut la mère d’une fille de 10 ans et d’un garçon de 12 ans.