/regional/estduquebec/gaspesie

Homards : Les Micmacs de Listuguj dénoncent le gouvernement fédéral

Agence QMI

Simon Clark/Agence QMI

La communauté micmaque de Listuguj en Gaspésie a accusé le gouvernement du Canada de racisme systémique parce qu’elle n’a pas obtenu le droit de vendre le homard qu'elle compte pêcher cet automne.

• À lire aussi: Tensions en Nouvelle-Écosse au sujet du droit de pêche autochtone

• À lire aussi: L’aide financière aux pêcheurs prolongée au 5 octobre

Les pêcheurs de Listuguj ont commencé leur saison automnale ce dimanche 20 septembre, alors que la saison régulière vient de prendre fin. La communauté autochtone compte sur les revenus de la vente du homard pour relancer leur économie pendant la pandémie de COVID-19.

«Tout ce que nous voulons faire, c'est vendre une partie du homard que nous mangerions autrement pour compenser les coûts d'exploitation de notre pêche et soutenir notre communauté», a affirmé Sky Metallic, conseiller du gouvernement de Listuguj.

Les pêcheurs micmacs ont le droit de vendre leurs homards tout au long de l’année depuis un arrêt pris par la Cour suprême canadienne il y a une vingtaine d’années. Cependant, d’après le chef de la réserve Darcy Gray, le gouvernement fédéral n’a jamais respecté sa part de l’engagement.

Depuis plusieurs années, la communauté est en négociation avec le Ministère des Pêches et des Océans pour obtenir un permis leur autorisant la vente du homard pendant l’automne.

Cette déclaration fait écho aux affrontements des derniers jours en Nouvelle-Écosse entre les pêcheurs micmacs de Sipekne’katik et les pêcheurs non autochtones. Pour ces derniers, la pêche autochtone en automne représente une activité illégale.

L’association environnementale Sierra Club Canada a appuyé la communauté micmaque dans ce dossier. Elle réclame des mesures immédiates de la part du gouvernement fédéral.

Le Ministère des Pêches et des Océans n'a pas répondu à notre demande pour obtenir leur version des faits.